17 avril 2021 17:56

Marché obligataire

Table des matières

Développer

Qu’est-ce que le marché obligataire?

Le marché obligataire – souvent appelé marché de la dette, marché des titres à revenu fixe ou marché du crédit – est le nom collectif donné à toutes les transactions et émissions de titres de créance. Les gouvernements émettent généralement des obligations afin de lever des capitaux pour rembourser les dettes ou financer des améliorations infrastructurelles.

Les sociétés cotées en bourse émettent des obligations lorsqu’elles ont besoin de financer des projets d’expansion commerciale ou de maintenir leurs activités en cours.

Points clés à retenir

  • Le marché obligataire décrit en gros un marché où les investisseurs achètent des titres de créance qui sont mis sur le marché par des entités gouvernementales ou des sociétés.
  • Les gouvernements nationaux utilisent généralement le produit des obligations pour financer les améliorations des infrastructures et rembourser les dettes.
  • Les entreprises émettent des obligations pour mobiliser les capitaux nécessaires pour maintenir leurs activités, développer leurs gammes de produits ou ouvrir de nouveaux sites.
  • Les obligations sont soit émises sur le marché primaire, qui déploie une nouvelle dette, soit sur le marché secondaire, sur lequel les investisseurs peuvent acheter de la dette existante via des courtiers ou d’autres tiers.
  • Les obligations ont tendance à être moins volatiles et plus conservatrices que les placements en actions, mais elles ont également des rendements attendus plus faibles.

Comprendre les marchés obligataires

Le marché obligataire est largement segmenté en deux silos différents: le marché primaire et le marché secondaire. Le marché primaire est souvent appelé le marché des «nouvelles émissions» sur lequel les transactions se font strictement directement entre les émetteurs d’obligations et les acheteurs d’obligations. Essentiellement, le marché primaire donne lieu à la création de tout nouveaux titres de créance qui n’avaient pas été auparavant proposés au public.

Sur le marché secondaire, les titres déjà vendus sur le marché primaire sont ensuite achetés et vendus à des dates ultérieures. Les investisseurs peuvent acheter ces obligations auprès d’un courtier, qui joue le rôle d’intermédiaire entre les acheteurs et les vendeurs. Ces problèmes du marché secondaire peuvent être regroupés sous la forme de fonds de pension, de fonds communs de placement et de polices d’assurance-vie – parmi de nombreuses autres structures de produits.



Les investisseurs obligataires doivent être conscients du fait que les junk bonds, tout en offrant les rendements les plus élevés, présentent les plus grands risques de défaut.

Histoire des marchés obligataires

Les obligations se négocient depuis bien plus longtemps que les actions. En fait, les prêts qui étaient cessibles ou transférables à d’autres sont apparus dès l’ancienne Mésopotamie où les dettes libellées en unités de poids de grain pouvaient être échangées entre débiteurs. En fait, les titres de créance enregistrés remontent à 2400 avant JC;par exemple, via une tablette d’argile découverte à Nippour, aujourd’hui l’Irak. Cet artefact enregistre une garantie pour le paiement du grain et énumère les conséquences si la dette n’a pas été remboursée.

Plus tard, au Moyen Âge, les gouvernements ont commencé à émettre des dettes souveraines afin de financer les guerres. En fait, la Banque d’Angleterre, la plus ancienne banque centrale du monde encore en existence, a été créée pour lever des fonds pour reconstruire la marine britannique au 17e siècle grâce à l’émission d’obligations. Les premières obligations du Trésor américain ont également été émises pour aider à financer l’armée, d’abord dans la guerre d’indépendance vis-à-vis de la couronne britannique, puis sous la forme de « Liberty Bonds » pour aider à lever des fonds pour combattre la Première Guerre mondiale.

Le marché des obligations d’entreprises est également assez ancien. Les premières sociétés à charte telles que la Dutch East India Company (VOC) et la Mississippi Company ont émis des titres de créance avant d’émettre des actions. Ces obligations, comme celle de l’image ci-dessous, ont été émises en tant que «garanties» ou «cautions» et ont été écrites à la main au porteur de l’obligation.

Types de marchés obligataires

Le marché obligataire général peut être segmenté selon les classifications d’obligations suivantes, chacune avec son propre ensemble d’attributs.

Les obligations de sociétés

Les entreprises émettent des obligations d’entreprise pour lever des fonds pour diverses raisons, telles que le financement des opérations en cours, l’expansion des gammes de produits ou l’ouverture de nouvelles installations de fabrication. Les obligations de sociétés décrivent généralement des titres de créance à plus long terme qui ont une échéance d’au moins un an.

Les obligations de sociétés sont généralement classées comme étant de bonne qualité ou à haut rendement (ou « junk »). Cette catégorisation est basée sur la notation de crédit attribuée à l’obligation et à son émetteur. Une cote d’investissement est une notation qui signifie une obligation de haute qualité qui présente un risque de défaut relativement faible .  Standard & Poor’s  et  Moody’s  utilisent des désignations différentes, composées des lettres majuscules et minuscules «A» et «B», pour identifier la qualité de crédit d’une obligation.

Les obligations indésirables sont des obligations qui comportent un risque de défaut plus élevé que la plupart des obligations émises par des sociétés et des gouvernements. Une obligation est une dette ou une promesse de payer aux investisseurs les paiements d’intérêts ainsi que le remboursement du capital investi en échange de l’achat de l’obligation. Les junk bonds représentent des obligations émises par des entreprises qui éprouvent des difficultés financières et qui présentent un risque élevé de défaut de  paiement  ou de ne pas payer leurs intérêts ou de rembourser le principal aux investisseurs. Les obligations indésirables sont également appelées obligations à haut rendement, car le rendement plus élevé est nécessaire pour compenser tout risque de défaut. Ces obligations ont des cotes de crédit inférieures à BBB- de S&P, ou inférieures à Baa3 de Moody’s.

Obligations d’État

Les obligations d’État (ou obligations souveraines ) émises au niveau national attirent les acheteurs en payant la valeur nominale inscrite sur le certificat obligataire, à la date d’échéance convenue, tout en émettant des paiements d’intérêts périodiques en cours de route. Cette caractéristique rend les obligations d’État attrayantes pour les investisseurs prudents. Étant donné que la dette souveraine est adossée à un gouvernement qui peut taxer ses citoyens ou imprimer de l’argent pour couvrir les paiements, celles-ci sont généralement considérées comme le type d’obligations le moins risqué.

Aux États-Unis, les obligations d’État sont connues sous le nom de bons du Trésor et sont de loin le marché obligataire le plus actif et le plus liquide à l’heure actuelle. Un bon du Trésor ( T-Bill ) est un titre de créance à court terme du gouvernement américain garanti par le Département du  Trésor  avec une échéance d’un an ou moins. Un bon du Trésor ( T-note ) est un titre de créance négociable du gouvernement américain   avec un taux d’intérêt fixe et une échéance comprise entre un et 10 ans. Les bons du Trésor ( T-bonds ) sont des titres de créance gouvernementaux émis par le gouvernement fédéral américain qui ont des  échéances  supérieures à 20 ans.

Les obligations municipales

Les obligations municipales – communément abrégées en obligations «muni» – sont émises localement par les États, les villes, les districts à vocation spéciale, les districts de services publics, les districts scolaires, les aéroports et les ports maritimes publics et d’autres entités publiques qui cherchent à lever des fonds pour financer divers projets.

Les obligations municipales sont généralement exonérées d’impôt au niveau fédéral et peuvent également être exonérées d’impôt au niveau des États ou au niveau local, ce qui les rend attrayantes pour les investisseurs qualifiés soucieux de l’impôt.

Les munis sont de deux types principaux. Une  obligation générale (GO) est émise par des entités gouvernementales et n’est pas garantie par les revenus d’un projet spécifique, comme une route à péage. Certaines obligations GO sont adossées à des impôts fonciers dédiés ; d’autres sont payables sur les fonds généraux. Une  obligation de revenu  garantit plutôt les paiements du principal et des intérêts par l’intermédiaire de l’émetteur ou des taxes de vente, de carburant, d’occupation de l’hôtel ou d’autres taxes. Lorsqu’une municipalité est un  émetteur intermédiaire  d’obligations, un tiers couvre les intérêts et le principal.

Obligations adossées à des hypothèques (MBS)

Les émissions de MBS, qui consistent en des prêts hypothécaires groupés sur des biens immobiliers, sont bloquées par la mise en gage d’actifs garantis particuliers. L’investisseur qui achète un titre adossé à une hypothèque prête essentiellement de l’argent aux acheteurs de maison par l’intermédiaire de leurs prêteurs. Ceux-ci paient généralement des intérêts mensuels, trimestriels ou semestriels.

Le MBS est un type de sécurité adossée à des  actifs (ABS). Comme il est devenu manifestement évident lors de l’ effondrement des prêts hypothécaires à risque de 2007-2008, un titre adossé à des hypothèques n’est aussi solide que les hypothèques qui le soutiennent.

Obligations des marchés émergents

Il s’agit d’obligations émises par des gouvernements et des entreprises situées dans des économies de marché émergentes, ces obligations offrent des opportunités de croissance beaucoup plus importantes, mais aussi un risque plus élevé, que les marchés obligataires nationaux ou développés.

Pendant la majeure partie du XXe siècle, les pays à économie émergente n’ont émis des obligations que par intermittence. Dans les années 80, cependant, le secrétaire au Trésor de l’époque, Nicholas Brady, a lancé un programme pour aider les économies mondiales à restructurer leur dette par le biais d’émissions d’obligations, principalement libellées en dollars américains. De nombreux pays d’Amérique latine ont émis ces soi-disant obligations Brady au cours des deux prochaines décennies, marquant une reprise de l’émission de titres de créance sur les marchés émergents. Aujourd’hui, les obligations sont émises dans les pays en développement et par des sociétés situées dans ces pays du monde entier, y compris en Asie, en Amérique latine, en Europe de l’Est, en Afrique et au Moyen-Orient.

Les risques liés à l’investissement dans des obligations des marchés émergents comprennent les risques standards qui accompagnent toutes les  émissions de dette, tels que les variables de la performance économique ou financière de l’émetteur et la capacité de l’émetteur à honorer ses obligations de paiement. Ces risques sont toutefois accrus en raison de la volatilité politique et économique potentielle des pays en développement. Si les pays émergents, dans l’ensemble, ont fait de grands progrès pour limiter les risques pays ou le  risque souverain, il est indéniable que le risque d’instabilité socio-économique est plus important dans ces pays que dans les pays développés, notamment aux États-Unis.

Les marchés émergents présentent également d’autres risques transfrontaliers, notamment  les  fluctuations des taux de change et les dévaluations monétaires. Si une obligation est émise dans une devise locale, le taux du dollar par rapport à cette devise peut avoir une incidence positive ou négative sur votre rendement. Lorsque cette devise locale est forte par rapport au dollar, vos rendements seront positivement affectés, tandis qu’une devise locale faible affecte négativement le taux de change et affecte négativement le rendement.

Indices obligataires

Tout comme le S&P 500 et les indices Russell suivent les actions, les indices obligataires de grands noms tels que l’indice Bloomberg Barclays Aggregate Bond, le Merrill Lynch Domestic Master et le Citigroup US Broad Investment-Grade Bond Index, suivent et mesurent la performance du portefeuille d’ obligations d’ entreprises. De nombreux indices obligataires sont membres d’indices plus larges qui mesurent les performances des portefeuilles obligataires mondiaux.

L’indice Barclays (anciennement Lehman Brothers) Government / Corporate Bond, également connu sous le nom de «Agg», est un indice de référence  important pondéré par le marché . Comme d’autres indices de référence, il fournit aux investisseurs une norme par rapport à laquelle ils peuvent évaluer la performance d’un fonds ou d’un titre. Comme son nom l’indique, cet indice comprend à la fois des obligations d’État et d’entreprises. L’indice se compose de titres de créance de sociétés de premier ordre dont les émissions sont supérieures à 100 millions de dollars et les échéances d’un an ou plus. L’indice est un indice de référence à rendement total pour de nombreux fonds obligataires et FNB.

Marché obligataire vs marché boursier

Les obligations diffèrent des actions de plusieurs manières. Les obligations représentent le financement par emprunt, tandis que les actions sont le financement par actions. Les obligations sont une forme de crédit par laquelle l’emprunteur (c’est-à-dire l’émetteur d’obligations) doit rembourser le principal du propriétaire de l’obligation plus les intérêts supplémentaires en cours de route. Les actions ne donnent droit à aucun remboursement de capital et ne doivent pas payer d’intérêts (ou de dividendes). En raison des protections juridiques et des garanties d’une obligation indiquant le remboursement aux créanciers, les obligations sont généralement moins risquées que les actions et génèrent donc des rendements attendus inférieurs à ceux des actions. Les actions sont intrinsèquement plus risquées que les obligations et ont donc un plus grand potentiel de gains plus importants ou de pertes plus importantes.

Les marchés boursiers et obligataires ont tendance à être très actifs et liquides. Les prix des obligations, cependant, ont tendance à être très sensibles aux variations des taux d’intérêt, leurs prix variant inversement aux fluctuations des taux d’intérêt. Les cours des actions, en revanche, sont plus sensibles aux variations de la rentabilité future et du potentiel de croissance.



Pour les investisseurs qui n’ont pas accès directement aux marchés obligataires, vous pouvez toujours avoir accès aux obligations par le biais de fonds communs de placement et d’ETF axés sur les obligations.

Avantages et inconvénients du marché obligataire

La plupart des experts financiers recommandent qu’un portefeuille bien diversifié soit partiellement alloué au marché obligataire. Les obligations sont diverses, liquides et moins volatiles que les actions, mais offrent également des rendements généralement inférieurs au fil du temps et comportent des risques de crédit et de taux d’intérêt. Par conséquent, posséder trop d’obligations peut être trop prudent à long terme.

Comme tout dans la vie, et en particulier dans la finance, les obligations ont à la fois des avantages et des inconvénients:

Avantages

  • Ont tendance à être moins risqués et moins volatils que les actions.
  • Large choix d’émetteurs et de types d’obligations.
  • Les marchés des obligations d’entreprises et des obligations d’État sont parmi les plus liquides et les plus actifs au monde.
  • Les obligataires ont la préférence sur les actionnaires en cas de faillite.

Les inconvénients

  • Un risque plus faible se traduit par un rendement inférieur, en moyenne.
  • L’achat direct d’obligations peut être moins accessible pour les investisseurs ordinaires.
  • Exposition à la fois au risque de crédit (défaut) et au risque de taux d’intérêt.

FAQ sur le marché obligataire

Qu’est-ce que le marché obligataire et comment fonctionne-t-il?

Le marché obligataire fait généralement référence à l’achat et à la vente de divers titres de créance émis par diverses entités. Les entreprises et les gouvernements émettent des obligations pour mobiliser des capitaux pour financer leurs opérations ou rechercher des opportunités de croissance. En retour, ils promettent de rembourser le montant initial de l’investissement, majoré des intérêts. Le mécanisme d’achat et de vente d’obligations fonctionne de manière similaire à celui des actions ou de tout autre actif commercialisable, selon lequel les offres correspondent aux offres.

Les obligations sont-elles un bon investissement?

Comme tout investissement, le rendement attendu d’une obligation doit être mis en balance avec son caractère risqué. Plus l’émetteur est risqué, plus le rendement exigera des investisseurs. Les obligations pourri, par conséquent, paient des taux d’intérêt plus élevés, mais sont également plus à risque de défaut. Les bons du Trésor américains paient des taux d’intérêt très bas, mais n’ont pratiquement aucun risque.

Les obligations sont-elles un investissement sûr?

Les obligations ont tendance à être des placements stables et à faible risque qui offrent à la fois des intérêts et une appréciation des prix. Il est recommandé qu’un portefeuille diversifié ait une certaine allocation aux obligations, avec plus de poids aux obligations à mesure que l’horizon temporel se raccourcit.

Pouvez-vous perdre de l’argent sur le marché obligataire?

Oui. Bien qu’ils ne soient pas aussi risqués que les actions, en moyenne, les prix des obligations fluctuent et peuvent baisser. Si les taux d’intérêt augmentent, par exemple, le prix d’une obligation, même hautement cotée, diminuera. La sensibilité du prix d’une obligation aux variations des taux d’intérêt est connue sous le nom de duration. Une obligation perdra également une valeur significative si son émetteur fait défaut ou fait faillite, ce qui signifie qu’elle ne peut plus rembourser intégralement l’investissement initial ni les intérêts dus.

 

Adblock
detector