Comprendre le comportement des investisseurs

Table des matières

Développer

  • Remise en question de la théorie de l’acteur rationnel
  • La vérité sur le comportement des investisseurs
  • Le comportement irrationnel est-il une anomalie
  • Questions fréquemment posées
  • La ligne de fond

En matière d’argent et d’investissement, nous ne sommes pas toujours aussi rationnels que nous le pensons – c’est pourquoi il existe tout un champ d’étude qui explique notre comportement parfois étrange. Où vous situez-vous, en tant qu’investisseur?

Un aperçu de la théorie et des résultats de la finance comportementale peut vous aider à répondre à cette question.

Points clés à retenir

  • La théorie financière traditionnelle repose sur l’hypothèse que les participants au marché sont des acteurs rationnels, qui sont des maximisateurs d’utilité intéressés qui ne font jamais d’erreurs.
  • La finance comportementale est apparue pour remettre en question les hypothèses de la théorie des acteurs rationnels lorsqu’elle s’applique aux marchés, aux investissements et à d’autres questions financières.
  • La finance comportementale s’inspire largement de la psychologie cognitive pour comprendre le comportement des investisseurs dans le monde réel.

Remise en question de la théorie de l’acteur rationnel

La théorie économique standard est basée sur la conviction que les individus se comportent de manière rationnelle et que toutes les informations existantes sont intégrées dans le processus d’investissement. Cette hypothèse, connue sous le nom de théorie des acteurs rationnels (RAT), est au cœur de l’ hypothèse du marché efficace (EMH). Selon RAT, les individus s’appuient entièrement sur des calculs rationnels pour faire des choix rationnels qui aboutissent à des résultats alignés sur leurs propres intérêts, ou la maximisation de l’utilité. La RAT suppose que les acteurs rationnels font ces choix rationnels en se basant sur des calculs sans erreur, à partir d’informations complètes et toujours à leur disposition. Les acteurs rationnels tentent ainsi de maximiser activement leur avantage dans n’importe quelle situation et tentent systématiquement de minimiser leurs pertes de manière intéressée.

Les chercheurs, cependant, ont remis en question les hypothèses du RAT et ont découvert des preuves que le comportement rationnel n’est, en fait, pas aussi répandu que nous pourrions être amenés à le croire par l’économie traditionnelle. La finance comportementale tente de comprendre et d’expliquer comment les émotions humaines influencent les processus décisionnels financiers et d’investissement. Vous serez peut-être surpris par ce qu’ils ont trouvé jusqu’à présent.

La vérité sur le comportement des investisseurs

En 2001, Dalbar, une société de recherche sur les services financiers, a publié une étude intitulée «Analyse quantitative du comportement des investisseurs», qui concluait que les investisseurs moyens ne parviennent systématiquement pas à obtenir des rendements qui surpassent ou même égalent les indices plus larges du marché. L’étude a révélé qu’au cours de la période de 17 ans se terminant en décembre 2000, le S&P 500 a rendu une moyenne de 16,29% par an, tandis que l’investisseur en actions typique n’a atteint que 5,32% pour la même période – une différence surprenante de 9%! Il a également constaté que, pendant la même période, l’investisseur moyen à revenu fixe gagné seulement un rendement de 6,08% par an, alors que le gouvernement d’ obligations à long terme Indice recueillit 11,83%.

Dans un suivi de 2015 de la même publication, Dalbar a de nouveau conclu que les investisseurs moyens ne parviennent pas à obtenir des rendements d’indice de marché. Il a constaté que «l’investisseur moyen de fonds communs de placement en actions a sous-performé le S&P 500 d’une large marge de 8,19%. Le rendement global du marché était plus du double du rendement moyen de l’investisseur en fonds communs de placement en actions (13,69% contre 5,50%)». Les investisseurs moyens en fonds communs de placement à revenu fixe ont également constamment sous-performé, soit 4,81% de moins que l’ indice de référence du marché obligataire.

Pourquoi cela arrive-t-il? La finance comportementale fournit quelques explications possibles.

Peur du regret

La peur du regret, ou simplement la théorie du regret, traite de la réaction émotionnelle que ressentent les gens après avoir réalisé qu’ils ont fait une erreur de jugement. Face à la perspective de vendre une action, les investisseurs sont émotionnellement affectés par le prix auquel ils ont acheté l’action. Ainsi, ils évitent de le vendre comme un moyen d’éviter le regret d’avoir fait un mauvais investissement, ainsi que l’embarras de signaler une perte. Nous détestons tous avoir tort, n’est-ce pas?

Ce que les investisseurs devraient vraiment se poser lorsqu’ils envisagent de vendre une action, c’est: «Quelles sont les conséquences de la répétition du même achat si ce titre était déjà liquidé et est-ce que j’y investirais à nouveau?» Si la réponse est «non», il est temps de vendre; sinon, le résultat est le regret d’acheter une action perdante et le regret de ne pas vendre quand il est devenu clair qu’une mauvaise décision d’investissement a été prise – et un cercle vicieux s’ensuit où éviter le regret mène à plus de regret.

La théorie du regret peut également s’appliquer aux investisseurs lorsqu’ils découvrent qu’une action qu’ils avaient seulement envisagée d’acheter a pris de la valeur. Certains investisseurs évitent la possibilité de ressentir ce regret en suivant la sagesse conventionnelle et en achetant uniquement des actions que tout le monde achète, rationalisant leur décision avec «tout le monde le fait».

Curieusement, de nombreuses personnes se sentent beaucoup moins gênées de perdre de l’argent sur une action populaire détenue par la moitié du monde que de perdre de l’argent sur une action inconnue ou impopulaire.

Comportements de comptabilité mentale

Les humains ont tendance à placer des événements particuliers dans des compartiments mentaux, et la différence entre ces compartiments affecte parfois notre comportement plus que les événements eux-mêmes.

Supposons, par exemple, que vous vouliez assister à un spectacle au théâtre local et que les billets coûtent 20 $ chacun. Lorsque vous y arrivez, vous réalisez que vous avez perdu un billet de 20 $. Achetez-vous quand même un billet à 20 $ pour le spectacle? La finance comportementale a constaté qu’environ 88% des personnes dans cette situation le feraient. Maintenant, supposons que vous a payé le billet de 20 $ à l’ avance. Lorsque vous arrivez à la porte, vous vous rendez compte que votre billet est chez vous. Souhaitez-vous payer 20 $ pour en acheter un autre? Seuls 40% des répondants en achèteraient un autre. Notez, cependant, que dans les deux scénarios, vous êtes à 40 $: différents scénarios, la même somme d’argent, différents compartiments mentaux. Assez idiot, hein?

Un exemple d’investissement de comptabilité mentale est mieux illustré par l’hésitation à vendre un investissement qui avait autrefois des gains monstrueux et qui a maintenant un gain modeste. Pendant un boom économique et un marché haussier, les gens s’habituent à des gains sains, quoique papier. Lorsque la correction du marché dégonfle la valeur nette des investisseurs, ils hésitent davantage à vendre avec la plus petite marge bénéficiaire. Ils créent des compartiments mentaux pour les gains qu’ils avaient autrefois, les obligeant à attendre le retour de cette période rentable.

Théorie des perspectives et aversion aux pertes

Il ne faut pas un neurochirurgien pour savoir que les gens préfèrent un retour sur investissement certain à un investissement incertain – nous voulons être payés pour prendre un risque supplémentaire. C’est assez raisonnable. Voici la partie étrange. La théorie des perspectives suggère que les gens expriment un degré d’émotion différent envers les gains et envers les pertes. Les individus sont plus stressés par les pertes potentielles qu’ils ne sont satisfaits de gains égaux.

Un conseiller en placement ne sera pas nécessairement inondé d’appels de sa cliente lorsqu’elle a signalé, par exemple, un gain de 500 000 $ dans le portefeuille du client. Mais, vous pouvez parier que le téléphone sonnera lorsqu’il affichera une perte de 500 000 $! Une perte apparaît toujours plus importante qu’un gain de taille égale – lorsqu’elle pénètre profondément dans nos poches, la valeur de l’argent change.

La théorie des perspectives explique également pourquoi les investisseurs continuent de perdre des actions: les gens prennent souvent plus de risques pour éviter des pertes que pour réaliser des gains. Pour cette raison, les investisseurs restent volontiers dans une position d’actions risquée, espérant que le prix rebondira. Les joueurs sur une séquence de défaites se comporteront de la même manière, doublant leurs paris dans le but de récupérer ce qui a déjà été perdu. Ainsi, malgré notre désir rationnel d’obtenir un rendement pour les risques que nous prenons, nous avons tendance à valoriser quelque chose que nous possédons plus élevé que le prix que nous serions normalement prêts à payer pour cela.

La théorie de l’aversion aux pertes indique une autre raison pour laquelle les investisseurs pourraient choisir de retenir leurs perdants et de vendre leurs gagnants: ils peuvent croire que les perdants d’aujourd’hui pourraient bientôt surpasser les gagnants d’aujourd’hui. Les investisseurs font souvent l’erreur de chasser l’action du marché en investissant dans des actions ou des fonds qui attirent le plus l’attention. Les recherches montrent que l’ argent circule dans les fonds communs de placement à haut rendement plus rapidement que l’argent ne sort des fonds dont les performances sont insuffisantes.

Ancrer les comportements

En l’absence d’informations meilleures ou nouvelles, les investisseurs supposent souvent que le prix du marché est le prix correct. Les gens ont tendance à accorder trop de crédit aux vues, opinions et événements récents du marché et à extrapoler à tort des tendances récentes qui diffèrent des moyennes et probabilités historiques à long terme.

Dans les marchés haussiers, les décisions d’investissement sont souvent influencées par des ancrages de prix, qui sont des prix jugés importants en raison de leur proximité avec les prix récents. Cette heuristique d’ancrage rend les rendements plus lointains du passé sans importance dans les décisions des investisseurs.

Réaction excessive et insuffisante

Les investisseurs sont optimistes lorsque le marché monte, en supposant qu’il continuera de le faire. À l’inverse, les investisseurs deviennent extrêmement pessimistes en période de ralentissement. Une conséquence de l’ancrage, ou d’accorder trop d’importance aux événements récents tout en ignorant les données historiques, est une sur- ou sous-réaction aux événements de marché, qui se traduit par une baisse excessive des prix sur les mauvaises nouvelles et une trop forte hausse des bonnes nouvelles.

Au sommet de l’optimisme, la cupidité des investisseurs déplace les actions au-delà de leurs valeurs intrinsèques. Quand est-il devenu une décision rationnelle d’investir dans des actions avec un bénéfice nul et donc un ratio cours / bénéfice (P / E) infini (pensez à l’ ère dotcom, vers l’an 2000)? Les cas extrêmes de réaction excessive ou insuffisante aux événements du marché peuvent entraîner des paniques et des krachs du marché.

Excès de confiance des investisseurs

Les gens se considèrent généralement comme étant au-dessus de la moyenne dans leurs capacités. Ils surestiment également la précision et la véracité de leurs connaissances – ainsi que la supériorité perçue de leurs propres connaissances par rapport aux autres.

De nombreux investisseurs pensent qu’ils peuvent constamment chronométrer le marché, mais en réalité, il existe une quantité écrasante de preuves qui prouvent le contraire. Un excès de confiance entraîne des transactions excessives, les coûts de négociation affectant les bénéfices.

Facteurs sociaux

Alors qu’une grande partie de l’économie comportementale à ce jour a été guidée par la psychologie cognitive, des recherches récentes de la sociologie économique indiquent qu’il existe également des forces supra-individuelles à l’œuvre qui déterminent le comportement des investisseurs. Une étude récente, par exemple, a révélé que les individus deviennent beaucoup plus conservateurs lorsqu’ils prennent des décisions d’investissement pour le compte de proches – les personnes prenant environ un tiers de risque en moins dans un portefeuille destiné à un enfant que celui alloué pour leur propre compte. De plus, les investisseurs sont devenus plus conservateurs avec les investissements réalisés dans les comptes qui avaient des étiquettes culturellement saillants tels que la « retraite » ou « d’ épargne-études. »

D’autres recherches examinent maintenant comment les relations sociales et aussi des structures plus larges comme la culture jouent sur les décisions financières. Cela montre que le comportement des investisseurs est raison non seulement de la psychologie, mais aussi par des facteurs sociaux.

Le comportement irrationnel est-il une anomalie ou une norme?

Comme mentionné précédemment, les théories de la finance comportementale entrent directement en conflit avec celles de la finance traditionnelle. Chaque camp tente d’expliquer le comportement des investisseurs et les implications de ce comportement. Alors, qui a raison?

La théorie qui s’oppose le plus ouvertement à la finance comportementale est l’hypothèse du marché efficace (EMH), associée à Eugene Fama (Université de Chicago) et Ken French (MIT). Leur théorie selon laquelle les prix du marché intègrent efficacement toutes les informations disponibles dépend de la prémisse que les investisseurs sont rationnels. Les partisans de l’EMH soutiennent que les événements comme ceux traités dans la finance comportementale ne sont que des anomalies à court terme ou des résultats aléatoires et qu’à long terme, ces anomalies disparaissent avec un retour à l’efficacité du marché.

Ainsi, il n’y a peut-être pas suffisamment de preuves pour suggérer que l’efficience du marché devrait être abandonnée car les données empiriques montrent que les marchés ont tendance à se corriger à long terme. Dans son livreAgainst the Gods: The Remarkable Story of Risk (1996), Peter Bernstein fait un bon point sur les enjeux du débat:

S’il est important de comprendre que le marché ne fonctionne pas comme le pensent les modèles classiques – il existe de nombreuses preuves de l’élevage, le concept de finance comportementale des investisseurs suivant irrationnellement le même plan d’action – mais je ne sais pas ce que vous peut faire avec ces informations pour gérer l’argent. Je ne suis pas convaincu que quiconque en tire constamment profit.

Questions fréquemment posées

Les gens se comportent-ils comme des acteurs économiques rationnels?

Pour la plupart, non. La finance comportementale et la psychologie des investisseurs révèlent qu’en dépit de l’hypothèse d’acteurs rationnels dans les modèles économiques traditionnels, les êtres humains s’écartent systématiquement de ce comportement supposé.

Pourquoi les acteurs économiques se comportent-ils de manière irrationnelle?

Plusieurs raisons ont été avancées. Les psychologues cognitifs soulignent les limites de la capacité de l’esprit humain à identifier et à traiter les informations. La psychologie reconnaît également le rôle de l’émotion humaine et des préjugés subjectifs lors de la prise de décisions. Plus récemment, les sociologues économiques ont identifié les forces sociales et culturelles à l’œuvre.

Qu’est-ce que cela signifie pour les investisseurs?

En agissant de manière plus ou moins «irrationnelle», la finance comportementale suggère que les investisseurs sont victimes d’une série de forces cognitives, émotionnelles et sociales qui les conduisent à prendre des décisions sous-optimales et sapent leurs performances sur les marchés et ailleurs. En connaissant ces limites du comportement humain et de la prise de décision, les gens peuvent y apporter des corrections ou s’y adapter. Cela implique également que les marchés ne sont pas aussi efficaces que la théorie standard le prédit, ce qui laisse la possibilité aux traders avertis de tirer parti des erreurs d’évaluation et de réaliser des bénéfices.

La ligne de fond

La finance comportementale reflète certainement certaines des attitudes ancrées dans le système d’investissement. Les comportementalistes soutiendront que les investisseurs se comportent souvent de manière irrationnelle, produisant des marchés inefficaces et des titres mal évalués – sans parler des opportunités de gagner de l’argent. Cela peut être vrai pendant un instant, mais découvrir systématiquement ces inefficacités est un défi. Des questions subsistent quant à savoir si ces théories de la finance comportementale peuvent être utilisées pour gérer votre argent de manière efficace et économique.

Cela dit, les investisseurs peuvent être leurs propres pires ennemis. Essayer de devancer le marché ne porte pas ses fruits sur le long terme. En fait, cela se traduit souvent par un comportement décalé et irrationnel, sans parler d’une diminution de votre richesse. La mise en œuvre d’une stratégie bien pensée et respectueuse de celle-ci peut vous aider à éviter bon nombre de ces erreurs de placement courantes.