17 avril 2021 21:35

Guide complet de la planification successorale

Table des matières

Développer

Qu’est-ce que la planification successorale?

La planification successorale est la préparation de tâches qui servent à gérer le patrimoine d’un individu en cas d’incapacité ou de décès. La planification comprend le legs des biens aux héritiers et le règlement des droits de succession. La plupart des plans successoraux sont élaborés avec l’ aide d’un avocat expérimenté en droit successoral.

Points clés à retenir

  • La planification successorale consiste à déterminer comment les actifs d’un individu seront préservés, gérés et distribués après le décès ou en cas d’incapacité de travail.
  • Les tâches de planification comprennent la rédaction d’un testament, la création de fiducies et / ou la réalisation de dons de bienfaisance pour limiter les impôts sur les successions, la désignation d’un exécuteur testamentaire et des bénéficiaires et la mise en place des arrangements funéraires.
  • Un testament est un document juridique qui fournit des instructions sur la façon dont les biens d’un individu et la garde des enfants mineurs, le cas échéant, doivent être traités après le décès.
  • Diverses stratégies peuvent être utilisées pour limiter les impôts sur une succession, de la création de fiducies aux dons de bienfaisance.

Comprendre la planification successorale

La planification successorale consiste à déterminer comment les actifs d’un individu seront préservés, gérés et distribués après le décès. Il prend également en compte la gestion des biens et des obligations financières d’un individu en cas d’incapacité de travail.

Les actifs qui pourraient constituer la succession d’un individu comprennent les maisons, les voitures, les actions, les œuvres d’art, l’assurance-vie, les pensions et les dettes. Les particuliers ont diverses raisons de planifier une succession, telles que la préservation de la richesse familiale, la subsistance d’un conjoint et des enfants survivants, le financement des études de leurs enfants ou petits-enfants ou de laisser leur héritage à une cause caritative.

L’étape la plus fondamentale de la planification successorale consiste à rédiger un testament. Les autres tâches importantes de planification successorale sont les suivantes:

  • Limiter les impôts sur les successions en créant des comptes en fiducie au nom des bénéficiaires
  • Établir un tuteur pour les personnes à charge vivantes
  • Nommer un exécuteur testamentaire pour superviser les termes du testament
  • Création ou mise à jour des bénéficiaires sur des plans tels que l’assurance-vie, les IRA et les 401 (k) s
  • Mise en place des arrangements funéraires
  • Établissement de dons annuels à des organismes de bienfaisance et à but non lucratif qualifiés pour réduire la succession imposable
  • Mise en place d’une procuration durable (POA) pour diriger d’autres actifs et investissements

Rédaction d’un testament

Un testament est un document juridique créé pour fournir des instructions sur la façon dont les biens d’un individu et la garde des enfants mineurs, le cas échéant, devraient être traités après le décès. L’individu exprime ses souhaits à travers le document et nomme un fiduciaire ou un exécuteur testamentaire en qui il a confiance pour réaliser ses intentions déclarées. Le testament indique également si une fiducie doit être créée après le décès. Selon les intentions du propriétaire de la succession, une fiducie peut entrer en vigueur de son vivant ( fiducie vivante ) ou après son décès ( fiducie testamentaire ).

L’authenticité d’un testament est déterminée par un processus juridique appelé l’ homologation. L’homologation est la première étape de l’administration de la succession d’une personne décédée et de la distribution des actifs aux bénéficiaires. Lorsqu’un individu décède, le dépositaire du testament doit présenter le testament au tribunal des successions ou à l’exécuteur testamentaire nommé dans le testament dans les 30 jours suivant le décès du testateur.

Le processus d’homologation est une procédure supervisée par le tribunal dans laquelle l’authenticité du testament laissé derrière est prouvée valide et acceptée comme le véritable dernier testament du défunt. Le tribunal nomme officiellement l’exécuteur testamentaire, qui, à son tour, donne à l’exécuteur testamentaire le pouvoir légal d’agir au nom du défunt.

1:42

Nommer le bon exécuteur

Le représentant personnel légal ou l’exécuteur testamentaire agréé par le tribunal est chargé de localiser et de surveiller tous les biens du défunt. L’exécuteur testamentaire doit estimer la valeur de la succession en utilisant soit la date de la valeur du décès, soit la date d’évaluation alternative, comme prévu dans l’ Internal Revenue Code (IRC).

Une liste des actifs qui doivent être évalués pendant l’homologation comprend les comptes de retraite, les comptes bancaires, les actions et obligations, les biens immobiliers, les bijoux et tout autre élément de valeur. La plupart des biens soumis à l’administration d’homologation sont placés sous la surveillance du tribunal d’homologation du lieu où le défunt a vécu au moment de son décès.

L’exception est l’immobilier, qui doit être homologué dans le comté où il est situé.

L’exécuteur testamentaire doit également payer les impôts et les dettes dus par le défunt sur la succession. Les créanciers disposent généralement d’un délai limité à compter de la date à laquelle ils ont été informés du décès du testateur pour présenter des réclamations à la succession pour les sommes qui leur sont dues. Les demandes qui sont rejetées par l’exécuteur testamentaire peuvent être portées devant un tribunal où un juge d’homologation aura le dernier mot sur la validité ou non de la demande.

L’exécuteur testamentaire est également chargé de produire les déclarations de revenus des particuliers finales au nom de la personne décédée. Après l’inventaire de la succession, la valeur des actifs calculée, les impôts et la dette remboursés, l’exécuteur testamentaire demandera alors au tribunal l’autorisation de distribuer ce qui reste de la succession aux bénéficiaires.



Toutes les taxes successorales en suspens viendront à échéance dans les neuf mois suivant la date du décès.

Planification des impôts sur les successions

Les impôts fédéraux et étatiques appliqués à une succession peuvent réduire considérablement sa valeur avant que les actifs ne soient distribués aux bénéficiaires. Le décès peut entraîner de lourdes responsabilités pour la famille, ce qui nécessite des stratégies de transfert générationnelles qui peuvent réduire, éliminer ou reporter les paiements d’impôt.

Au cours du processus de planification successorale, les particuliers et les couples mariés peuvent prendre des mesures importantes pour réduire l’impact de ces impôts.

Fiducies AB

Les couples mariés, par exemple, peuvent créer une fiducie AB qui se divise en deux après le décès du premier conjoint.

Stratégies de financement de l’éducation

Un grand-père peut encourager ses petits-enfants à rechercher des diplômes universitaires ou supérieurs et ainsi transférer des actifs à une entité, comme un plan 529, aux fins du financement actuel ou futur de l’éducation. Cela peut être un mouvement beaucoup plus fiscalement avantageux que d’ avoir ces actifs transférés après la mort au collège de fonds lorsque les bénéficiaires sont l’âge collégial. Ce dernier peut déclencher plusieurs événements fiscaux qui peuvent limiter considérablement le montant du financement disponible pour les enfants.

Réduire les effets fiscaux des contributions caritatives

Une autre stratégie qu’un planificateur successoral peut adopter pour minimiser la responsabilité fiscale de la succession après le décès consiste à donner à des organismes de bienfaisance de son vivant. Les dons réduisent la taille financière de la succession puisqu’ils sont exclus de la succession imposable, abaissant ainsi la facture des droits de succession.

En conséquence, l’individu a un coût effectif de don inférieur, ce qui constitue une incitation supplémentaire à faire ces cadeaux. Et bien sûr, un individu peut souhaiter faire des dons de bienfaisance à diverses causes. Les planificateurs successoraux peuvent travailler avec le donateur afin de réduire le revenu imposable résultant de ces contributions ou formuler des stratégies qui maximisent l’effet de ces dons.

Gel de succession

C’est une autre stratégie qui peut être utilisée pour limiter les impôts sur les décès. Il s’agit pour un individu de bloquer la valeur actuelle, et donc l’impôt à payer, de sa propriété, tout en attribuant la valeur de la croissance future de cette immobilisation à une autre personne. Toute augmentation future de la valeur des actifs est transférée au profit d’une autre personne, comme un conjoint, un enfant ou un petit-enfant.

Cette méthode consiste à geler la valeur d’un actif à sa valeur à la date du transfert. Par conséquent, le montant du gain en capital potentiel au décès est également gelé, ce qui permet au planificateur successoral d’estimer sa responsabilité fiscale potentielle au décès et de mieux planifier le paiement des impôts sur le revenu.

Utilisation de l’assurance-vie dans la planification successorale

L’assurance-vie sert de source pour payer les impôts et les dépenses de décès, financer les accords de rachat d’entreprise et financer les régimes de retraite. Si un produit d’assurance suffisant est disponible et que les polices sont correctement structurées, tout impôt sur le revenu sur les dispositions réputées d’actifs à la suite du décès d’un particulier peut être payé sans recourir à la vente d’actifs. Les produits de l’assurance-vie reçus par les bénéficiaires au décès de l’assuré sont généralement exonérés d’impôt.

La planification successorale est un processus continu et doit être entamée dès qu’une personne dispose d’un actif mesurable. Au fur et à mesure que la vie avance et que les objectifs changent, le plan successoral doit évoluer en fonction des nouveaux objectifs. L’absence de planification successorale adéquate peut entraîner des charges financières excessives pour les êtres chers (les impôts sur les successions peuvent atteindre 40%), donc à tout le moins un testament devrait être établi, même si la succession imposable n’est pas importante.

 

Adblock
detector