4 tactiques de courtier malhonnêtes et comment les éviter

La Securities and Exchange Commission  et l’Association nationale des courtiers en valeurs mobilières font un assez bon travail de réglementation et de contrôle des courtiers. Même ainsi, la meilleure façon d’éviter les courtiers malhonnêtes est de faire vos devoirs. Néanmoins, la vérification des antécédents la plus approfondie de l’entreprise, du courtier  ou du planificateur n’empêche pas toujours les investisseurs d’être la proie de la fraude.

Nous examinons ici les pratiques les plus sans scrupules que les courtiers ont utilisées pour augmenter leurs commissions et pousser des investissements de mauvaise qualité vers des investisseurs sans méfiance.

Points clés à retenir

  • Un signe d’un courtier sans scrupules est s’il désactive des comptes (négocient fréquemment) afin de générer des commissions pour lui-même.
  • Il faut également éviter les courtiers qui recommandent des investissements inférieurs aux seuils afin de protéger leurs commissions.
  • Les courtiers ont le devoir de connaître vos besoins financiers (et vos contraintes) et de faire des recommandations d’investissement appropriées en conséquence.

Barattage

Le barattage est l’acte de négocier excessivement le compte d’un client. Certains courtiers ayant un pouvoir discrétionnaire sur un compte utilisent cette pratique contraire à l’éthique pour augmenter leurs commissions. Le barattage est fait au profit du courtier plutôt que de l’investisseur, car le seul but de la transaction est d’augmenter les commissions et non la richesse d’un client.

En fait, même un commerce peut être considéré comme un échange s’il n’a pas de but légitime. Un signe d’avertissement de barattage peut être une augmentation inhabituelle des transactions sans aucun gain de valeur d’un portefeuille.

Si vous craignez vraiment que votre compte soit désabonné, envisagez un compte de consolidation. Il s’agit d’un compte par lequel un courtier gère un portefeuille en échange d’un forfait. L’avantage d’un wrap est qu’il vous protège du sur-échange. Étant donné que le courtier reçoit des frais annuels fixes, il ne négocie que lorsque cela est avantageux pour votre portefeuille.

Même si vous avez autorisé votre courtier à négocier pour vous, il est toujours prudent de se tenir au courant de ce qui se passe dans le portefeuille.

Vendre des dividendes

Lorsque les courtiers tentent de convaincre un client que l’achat d’un investissement particulier, comme des actions ou des fonds communs de placement, sera rentable en raison d’un dividende à venir, c’est ce qu’on appelle la vente de dividendes. En réalité, le courtier tente de générer des commissions en vendant un client sur un gain rapide et facile.

Supposons, par exemple, qu’une entreprise qui se négocie à 50 $ par action est sur le point d’offrir un dividende de 1 $. Un courtier vendrait des dividendes s’il disait à un client d’acheter rapidement l’action pour obtenir un rendement de 5%. En réalité, le client ne fera pas du tout ce retour.

Le prix de l’action diminuera plutôt de 1 $ (le dividende) lorsqu’il se négocie ex-dividende. Essentiellement, l’investisseur gagne peu à court terme et cette décision peut aggraver les choses si le dividende crée une obligation fiscale pour l’investisseur.

Cette pratique se pratique également dans les fonds communs de placement: un conseiller dira à un client d’acheter un fonds parce que les dividendes sont versés par les sociétés du fonds. Tout comme le cours de l’action ci-dessus, la valeur liquidative du fonds commun de placement est actualisée par la valeur du dividende, ce qui se traduit par un gain uniquement pour le courtier – sous forme de commissions. En fait, il vaut mieux attendre l’investisseur après l’offre de dividende: l’action sera à un prix inférieur et l’investisseur peut éviter des impôts relativement plus élevés sur le revenu du dividende.

Refuser la recommandation d’investir au point de rupture

De nombreuses maisons de courtage et sociétés de fonds communs de placement ont des frais de souscription sur certains placements. Ce n’est pas que ces frais de vente sont illégaux, mais parfois les frais de vente incitent les investisseurs à payer plus qu’ils ne le devraient.

Par exemple, disons qu’une société de fonds communs de placement facture 5% pour les investissements de moins de 25 000 $, mais seulement 4% pour les investissements de 25 000 $ ou plus. Une vente au point d’arrêt se produirait si vous investissez à 25 000 $, car à ce montant, votre investissement se situe dans une fourchette de frais de souscription inférieure.

Cependant, pour préserver leurs ventes, des conseillers peu scrupuleux peuvent vous recommander d’investir 24 750 $ dans le fonds même si vous économiseriez 250 $, ou 1%, en frais de souscription en investissant 25 000 $. Les conseillers peuvent également vous empêcher de profiter des avantages des points d’arrêt en répartissant votre argent entre différentes sociétés d’investissement, même si chaque société offre des services similaires.

Cela conduit à plus de commissions pour le conseiller et à moins d’économies de coûts, car vous ne pouvez pas profiter des taux de commission inférieurs lorsque vous atteignez les points d’arrêt les plus élevés.

Transactions inappropriées

Pour résumer la nature de toutes ces pratiques, nous tenons à souligner la signification de «transactions inappropriées», un terme général désignant des investissements réalisés d’une manière qui n’est pas compatible avec la situation ou les objectifs d’investissement du client. Vous devez savoir que votre courtier a le devoir de connaître vos besoins financiers (et vos contraintes) et de faire des recommandations d’investissement en conséquence.

Les conseiller en placement place de l’argent dont les gains sont déjà protégés contre l’impôt sur le revenu, comme l’argent dans un IRA, dans des obligations libres d’impôt ou d’autres titres. Cela est généralement inapproprié car l’investisseur n’a pas besoin d’un investissement non imposable et ces investissements ne rapportent généralement pas autant que d’autres investissements. La transaction ne convient pas car elle ne répond pas aux besoins du client.

Les autres transactions qui peuvent être qualifiées de inappropriées comprennent:

  • Investissements à haut risque si votre tolérance au risque est faible.
  • Placer une concentration élevée de votre argent dans un seul stock ou titre.
  • Investissements illiquides pour ceux qui ont besoin d’un accès facile aux fonds.

La ligne de fond

Il est important pour tous les investisseurs, indépendamment de leurs antécédents financiers, de rester concentrés sur leurs comptes. Cela ne signifie pas que vous devez examiner votre compte tous les jours, mais vous devez vous enregistrer régulièrement pour rester au courant de ce qui se passe. Si cela est fait avec un examen approfondi des propositions d’investissement d’un courtier, vous devriez éviter la plupart des types de fraude de courtier.