17 avril 2021 22:03

Fiduciaire

Table des matières

Développer

Qu’est-ce qu’une fiduciaire?

Un fiduciaire est une personne ou une organisation qui agit au nom d’une ou plusieurs autres personnes, faisant passer les intérêts de leurs clients avant les leurs, avec le devoir de préserver la bonne foi et la confiance. Être fiduciaire exige donc d’être tenu à la fois juridiquement et éthiquement d’agir dans le meilleur intérêt de l’autre.

Un fiduciaire peut être responsable du bien-être général d’un autre (par exemple, le tuteur légal d’un enfant), mais la tâche implique souvent des finances; gérer les actifs d’une autre personne ou d’un groupe de personnes, par exemple. Les gestionnaires de fonds, les conseillers financiers, les banquiers, les agents d’assurance, les comptables, les exécuteurs testamentaires, les administrateurs et les mandataires sociaux ont tous une responsabilité fiduciaire.

Points clés à retenir

  • Un fiduciaire est légalement tenu de faire passer les meilleurs intérêts de ses clients avant les leurs.
  • Les obligations fiduciaires apparaissent dans une gamme de relations d’affaires, y compris un fiduciaire et un bénéficiaire, les membres du conseil d’administration et les actionnaires, ainsi que les exécuteurs testamentaires et les légataires.
  • Un fiduciaire d’investissement est toute personne ayant la responsabilité légale de gérer l’argent de quelqu’un d’autre, comme un membre du comité d’investissement d’un organisme de bienfaisance.
  • Les conseillers en placement inscrits ont une obligation fiduciaire envers les clients; les courtiers doivent simplement répondre à la norme d’aptitude la moins stricte, qui n’exige pas de faire passer les intérêts du client avant les leurs.

Comprendre une fiduciaire

Les responsabilités et devoirs d’un fiduciaire sont à la fois éthiques et juridiques. Lorsqu’une partie accepte sciemment une règle de la personne prudente exigeait qu’une personne agissant en tant que fiduciaire soit tenue d’agir d’abord et avant tout en gardant à l’esprit les besoins des bénéficiaires. Il faut veiller à ce qu’aucun conflit d’intérêts ne survienne entre le fiduciaire et son mandant.

Dans de nombreux cas, aucun profit ne doit être tiré de la relation à moins qu’un consentement explicite ne soit accordé au moment où la relation commence. À titre d’exemple, au Royaume-Uni, les fiduciaires ne peuvent pas profiter de leur position, selon une décision de la Haute Cour d’Angleterre,  Keech vs. Sandford (1726). Si le mandant donne son consentement, le fiduciaire peut conserver tout avantage qu’il a reçu; ces avantages peuvent être monétaires ou définis plus largement comme une «opportunité».

Les obligations fiduciaires apparaissent dans une grande variété de relations commerciales courantes, notamment:

  • Fiduciaire et bénéficiaire (le type le plus courant)
  • Administrateurs et actionnaires
  • Exécuteurs et légataires
  • Gardiens et pupilles
  • Promoteurs et abonnés aux actions
  • Avocats et clients
  • Sociétés d’investissement et investisseurs
  • Compagnies d’assurance / agents et assurés

Relation fiduciaire entre le fiduciaire et le bénéficiaire

Les arrangements successoraux et les fiducies mises en place impliquent à la fois un fiduciaire et un bénéficiaire. Une personne désignée comme une fiducie ou une succession fiduciaire est le fiduciaire et le bénéficiaire est le principal. En vertu d’une obligation de fiduciaire / bénéficiaire, le fiduciaire est légalement propriétaire des biens ou des actifs et détient le pouvoir nécessaire pour gérer les actifs détenus au nom de la fiducie. En droit successoral, le fiduciaire peut également être connu sous le nom d’ exécuteur testamentaire de la succession.

Notez que le fiduciaire doit prendre des décisions qui sont dans le meilleur intérêt du bénéficiaire puisque ce dernier détient un titre équitable sur la propriété. La relation fiduciaire / bénéficiaire est un aspect important de la planification successorale globale, et il faut veiller tout particulièrement à déterminer qui est désigné comme fiduciaire.

Les politiciens créent souvent des fiducies aveugles afin d’éviter des scandales de conflits d’intérêts réels ou perçus. Une fiducie aveugle est une relation dans laquelle un fiduciaire est en charge de tous les investissements du corpus (actifs) d’un bénéficiaire sans que le bénéficiaire sache comment le corpus est investi. Même si le bénéficiaire n’en a aucune connaissance, le fiduciaire a l’obligation fiduciaire d’investir le corpus selon la norme de conduite de la personne prudente.

Relation fiduciaire entre les membres du conseil et les actionnaires

Une obligation fiduciaire similaire peut être détenue par les administrateurs de sociétés, car ils peuvent être considérés comme des fiduciaires pour les actionnaires s’ils siègent au conseil d’administration d’une société, ou des fiduciaires de déposants s’ils sont administrateurs d’une banque. Les tâches spécifiques comprennent les suivantes:

Le devoir de diligence

L’obligation de diligence s’applique à la façon dont le conseil prend des décisions qui affectent l’avenir de l’entreprise. Le conseil a le devoir d’enquêter de manière approfondie sur toutes les décisions possibles et leur impact sur l’entreprise. Si le conseil vote pour élire un nouveau chef de la direction, par exemple, la décision ne devrait pas être prise uniquement sur la base de la connaissance ou de l’opinion du conseil sur un candidat éventuel; il est de la responsabilité du conseil d’enquêter sur tous les candidats viables pour s’assurer que la meilleure personne pour le poste est choisie.

Le devoir d’agir de bonne foi

Même après avoir raisonnablement étudié toutes les options qui s’offraient à lui, le conseil a la responsabilité de choisir l’option qui, selon lui, sert le mieux les intérêts de l’entreprise et de ses actionnaires.

Le devoir de loyauté

Le devoir de loyauté signifie que le conseil est tenu de ne placer aucune autre cause, intérêt ou affiliation au-dessus de son allégeance à la société et aux investisseurs de la société. Les membres du conseil doivent s’abstenir de toute transaction personnelle ou professionnelle qui pourrait mettre leur propre intérêt ou celui d’une autre personne ou entreprise au-dessus des intérêts de l’entreprise.



Contrairement à la croyance populaire, il n’existe aucun mandat légal exigeant qu’une société soit tenue de maximiser le rendement pour les actionnaires.

S’il s’avère qu’un membre d’un conseil d’administration a manqué à son obligation fiduciaire, il peut être tenu responsable devant un tribunal par la société elle-même ou ses actionnaires.

Relation fiduciaire entre l’exécuteur testamentaire et le légataire

Les activités fiduciaires peuvent également s’appliquer à des transactions spécifiques ou ponctuelles. Par exemple, un acte fiduciaire est utilisé pour transférer des droits de propriété dans une vente lorsqu’un fiduciaire doit agir en tant qu’exécuteur testamentaire de la vente au nom du propriétaire. Un acte fiduciaire est utile lorsqu’un propriétaire souhaite vendre mais est incapable de gérer ses affaires en raison de maladie, d’incompétence ou d’autres circonstances, et a besoin que quelqu’un agisse à sa place.

Un fiduciaire est tenu par la loi de divulguer à l’acheteur potentiel l’état réel de la propriété vendue, et il ne peut tirer aucun avantage financier de la vente. Un acte fiduciaire est également utile lorsque le propriétaire est décédé et que ses biens font partie d’une succession qui doit être surveillée ou gérée.

Relation fiduciaire entre le tuteur et le pupille

Dans le cadre d’une relation tuteur / pupille, la tutelle légale d’un mineur est transférée à un adulte désigné. En tant que fiduciaire, le tuteur est chargé de veiller à ce que l’enfant mineur ou le pupille reçoive des soins appropriés, ce qui peut inclure de décider où le mineur fréquente l’école, que le mineur reçoit des soins médicaux appropriés, qu’il est sanctionné de manière le bien-être reste intact.

Un tuteur est nommé par le tribunal d’État lorsque le tuteur naturel d’un enfant mineur n’est plus en mesure de s’occuper de l’enfant. Dans la plupart des États, une relation tuteur / pupille reste intacte jusqu’à ce que l’enfant mineur atteigne l’âge de la majorité.

Relation fiduciaire entre l’avocat et le client

La relation fiduciaire avocat / client est sans doute l’une des plus strictes. La Cour suprême des États-Unis déclare que le plus haut niveau de confiance et de confiance doit exister entre un avocat et un client – et qu’un avocat, en tant que fiduciaire, doit agir en toute équité, loyauté et fidélité dans chaque représentation des clients et en traitant avec eux.

Les avocats sont tenus responsables des manquements à leurs obligations fiduciaires par le client et sont responsables devant le tribunal dans lequel ce client est représenté en cas de manquement.

Relation fiduciaire entre le mandant et l’agent

Un exemple plus générique d’obligation fiduciaire réside dans la relation mandant / mandataire. Toute personne physique, société, société de personnes ou agence gouvernementale peut agir en tant que mandant ou mandataire tant que la personne ou l’entreprise a la capacité juridique de le faire. En vertu d’une obligation de mandant / mandataire, un mandataire est légalement désigné pour agir au nom du mandant sans conflit d’intérêts.

Un exemple courant d’une relation mandant / mandataire qui implique l’ obligation de fiduciaire est un groupe d’actionnaires à titre de contrepartistes ou la gestion choisissent C-suite les individus à agir comme agents. De même, les investisseurs agissent en tant que mandants lors de la sélection des gestionnaires de fonds d’investissement comme agents de gestion des actifs.

Fiduciaire d’investissement

Bien qu’il puisse sembler qu’un fiduciaire d’investissement soit un professionnel de la finance (gestionnaire de fonds, banquier, etc.), un «fiduciaire d’investissement» est en fait toute personne qui a la responsabilité légale de gérer l’argent de quelqu’un d’autre. Cela signifie que si vous vous êtes porté volontaire pour siéger au comité d’investissement du conseil d’administration de votre organisme de bienfaisance local ou d’une autre organisation, vous avez une responsabilité fiduciaire. Vous avez été placé dans une position de confiance et la trahison de cette confiance peut avoir des conséquences.

De plus, l’embauche d’un expert en finances ou en placement ne dispense pas les membres du comité de toutes leurs fonctions. Ils ont toujours l’obligation de sélectionner et de surveiller prudemment les activités de l’expert.

La règle d’aptitude

Les courtiers, qui sont souvent rémunérés à la commission, n’ont généralement à remplir qu’une obligation de convenance. Cela se définit comme la formulation de recommandations cohérentes avec les besoins et les préférences du client sous-jacent. Les courtiers sont réglementés par la Financial Industry Regulatory Authority (FINRA) selon des normes qui les obligent à faire des recommandations appropriées à leurs clients.

Au lieu de devoir placer leurs intérêts inférieurs à ceux du client, la norme d’aptitude ne précise que le fait que le courtier doit raisonnablement croire que toute recommandation faite convient au client, en termes de besoins financiers, d’objectifs et de circonstances uniques.. Une distinction clé en termes de fidélité est également importante: le premier devoir d’un courtier est envers son employeur, le courtier pour lequel il travaille, et non envers ses clients.

D’autres descriptions de l’aptitude comprennent le fait de s’assurer que les coûts de transaction ne sont pas excessifs et que leurs recommandations ne sont pas inappropriées pour le client. Les exemples qui peuvent enfreindre l’adéquation comprennent les opérations excessives, le désabonnement du compte simplement pour générer plus de commissions et le changement fréquent d’actifs du compte pour générer des revenus de transaction pour le courtier.

De plus, la nécessité de divulguer les conflits d’intérêts potentiels n’est pas une exigence aussi stricte pour les courtiers; un investissement doit seulement être adapté, il ne doit pas nécessairement être cohérent avec les objectifs et le profil de l’investisseur individuel.

La norme d’aptitude peut finir par provoquer des conflits entre un courtier et un client. Le conflit le plus évident concerne la compensation. En vertu d’une norme fiduciaire, il serait strictement interdit à un conseiller en placement d’acheter un fonds commun de placement ou un autre investissement pour un client, car cela rapporterait au courtier des frais ou une commission plus élevés qu’une option qui coûterait moins cher au client ou rapporterait plus au client..

Selon l’exigence d’aptitude, tant que l’investissement convient au client, il peut être acheté pour le client. Cela peut également inciter les courtiers à vendre leurs propres produits avant de se concurrencer pour des produits qui peuvent coûter moins cher.

Adéquation par rapport à la norme fiduciaire

Si votre conseiller en placement est un conseiller en placement inscrit (RIA), il partage la responsabilité fiduciaire avec le comité de placement. En revanche, un courtier, qui travaille pour un courtier, ne peut pas. Certaines sociétés de courtage ne veulent pas ou n’autorisent pas leurs courtiers à être fiduciaires.

Les conseillers en placement, qui sont généralement rémunérés à des honoraires, sont tenus de respecter une norme fiduciaire établie dans le cadre de la loi de 1940 sur les conseillers en investissement. Ils peuvent être réglementés par la SEC ou par les autorités nationales de réglementation des valeurs mobilières. La loi définit assez précisément ce que signifie un fiduciaire et stipule un devoir de loyauté et de diligence, ce qui signifie que le conseiller doit placer les intérêts de son client au-dessus des leurs.

Par exemple, le conseiller ne peut pas acheter des titres pour son compte avant de les acheter pour un client et il lui est interdit d’effectuer des opérations pouvant entraîner des commissions plus élevées pour le conseiller ou sa société d’investissement.

Cela signifie également que le conseiller doit faire de son mieux pour s’assurer que les conseils en placement sont fournis en utilisant des informations exactes et complètes – essentiellement, que l’analyse est approfondie et aussi précise que possible. Il est important d’éviter les conflits d’intérêts lorsqu’il agit en tant que fiduciaire, et cela signifie qu’un conseiller doit divulguer tout conflit potentiel pour faire passer les intérêts du client avant ceux du conseiller.

De plus, le conseiller doit placer les transactions selon une norme de «meilleure exécution», ce qui signifie qu’il doit s’efforcer de négocier des titres avec la meilleure combinaison de faible coût et d’exécution efficace.

La règle fiduciaire de courte durée

Alors que le terme «convenance» était la norme pour les comptes transactionnels ou les comptes de courtage, la règle fiduciaire du ministère du Travail a proposé de durcir les choses pour les courtiers. Toute personne ayant des fonds de retraite sous gestion, qui a fait des recommandations ou des sollicitations pour un IRA ou d’autres comptes de retraite fiscalement avantageux, serait considérée comme un fiduciaire tenu de se conformer à cette norme, plutôt qu’à la norme de convenance qui était par ailleurs en vigueur.

La règle fiduciaire a eu une mise en œuvre longue mais peu claire. Initialement proposé en 2010, il devait entrer en vigueur entre le 10 avril 2017 et le 1er janvier 2018. Après l’entrée en fonction du président Trump, il a été reporté au 9 juin 2017, y compris une période de transition pour certaines exemptions s’étendant jusqu’au 1er janvier. 1, 2018.

Par la suite, la mise en œuvre de tous les éléments de la règle a été repoussée au 1er juillet 2019. Avant que cela ne puisse se produire, la règle a été annulée à la suite d’une décision rendue en juin 2018 par la cinquième cour de circuit des États-Unis.

En juin 2020, une nouvelle proposition, la proposition 3.0, a été publiée par le ministère du Travail, qui « a rétabli la définition fiduciaire du conseil en investissement en vigueur depuis 1975 accompagnée de nouvelles interprétations qui ont étendu sa portée dans le cadre du roulement, et a proposé une nouvelle exemption pour des conseils en placement et des opérations principales en conflit.  »

Il reste à voir s’il sera approuvé sous la nouvelle administration du président Biden.

Risques liés au statut de fiduciaire

La possibilité qu’un fiduciaire / mandataire ne fonctionne pas de manière optimale dans les meilleurs intérêts du bénéficiaire est appelée «risque fiduciaire». Cela ne signifie pas nécessairement que le fiduciaire utilise les ressources du bénéficiaire à son propre avantage; cela pourrait être le risque que le fiduciaire n’atteigne pas la meilleure valeur pour le bénéficiaire.

Par exemple, une situation où un gestionnaire de fonds (agent) effectue plus de transactions que nécessaire pour le portefeuille d’un client est une source de risque fiduciaire car le gestionnaire de fonds érode lentement les gains du client en encourant des coûts de transaction plus élevés que nécessaire.

En revanche, une situation dans laquelle une personne ou une entité légalement désignée pour gérer les actifs d’une autre partie utilise son pouvoir d’une manière contraire à l’éthique ou illégale pour en tirer un profit financier ou servir son intérêt personnel d’une autre manière, est appelée « abus fiduciaire ». ou «fraude fiduciaire».

Assurance fiduciaire

Une entreprise peut assurer les personnes qui agissent en tant que fiduciaires d’un régime de retraite qualifié, telles que les administrateurs, dirigeants, employés et autres fiduciaires de la société.

L’ assurance responsabilité fiduciaire vise à combler les lacunes existant dans la couverture traditionnelle offerte par le biais des avantages sociaux des employés ou des polices des administrateurs et des dirigeants. Il offre une protection financière lorsque le besoin de litige se fait sentir, en raison de scénarios tels qu’une prétendue mauvaise gestion des fonds ou des investissements, des erreurs administratives ou des retards dans les transferts ou les distributions, une modification ou une réduction des avantages, ou des conseils erronés concernant la répartition des investissements dans le plan.

Directives fiduciaires d’investissement

En réponse au besoin de conseils pour les fiduciaires d’investissement, la Fondation à but non lucratif pour les études fiduciaires a été créée pour définir les pratiques d’investissement prudentes suivantes:

Étape 1: Organisez

Le processus commence par une formation des fiduciaires sur les lois et les règles qui s’appliqueront à leur situation. Une fois que les fiduciaires ont identifié leurs règles de gouvernance, ils doivent ensuite définir les rôles et les responsabilités de toutes les parties impliquées dans le processus. Si des prestataires de services d’investissement sont utilisés, tout accord de service doit être conclu par écrit.

Étape 2: Formaliser

La formalisation du processus d’investissement commence par la création des buts et objectifs du programme d’investissement. Les fiduciaires doivent identifier des facteurs tels que l’horizon d’investissement, un niveau de risque acceptable et le rendement attendu. En identifiant ces facteurs, les fiduciaires créent un cadre pour évaluer les options d’investissement.

Les fiduciaires doivent ensuite sélectionner les classes d’actifs appropriées qui leur permettront de créer un portefeuille diversifié grâce à une méthodologie justifiée. La plupart des fiduciaires y parviennent en utilisant la théorie moderne du portefeuille (MPT) car la MPT est l’une des méthodes les plus acceptées pour créer des portefeuilles d’investissement qui ciblent un profil risque / rendement souhaité.

Enfin, le fiduciaire doit formaliser ces étapes en créant une déclaration de politique d’investissement qui fournit les détails nécessaires à la mise en œuvre d’une stratégie d’investissement spécifique. Le fiduciaire est maintenant prêt à procéder à la mise en œuvre du programme d’investissement, comme indiqué dans les deux premières étapes.

Étape 3: mise en œuvre

La phase de mise en œuvre est celle où des investissements spécifiques ou des gestionnaires d’investissement sont sélectionnés pour répondre aux exigences détaillées dans la déclaration de politique d’investissement. Un processus de diligence raisonnable doit être conçu pour évaluer les investissements potentiels. Le processus de diligence raisonnable doit identifier les critères utilisés pour évaluer et filtrer dans l’ensemble des options d’investissement potentielles.

La phase de mise en œuvre est généralement réalisée avec l’aide d’un conseiller en placement car de nombreux fiduciaires n’ont pas les compétences et / ou les ressources pour effectuer cette étape. Lorsqu’un conseiller est utilisé pour aider à la phase de mise en œuvre, les fiduciaires et les conseillers doivent communiquer pour s’assurer qu’un processus de diligence raisonnable convenu est utilisé dans la sélection des placements ou des gestionnaires.

Étape 4: Surveiller

La dernière étape peut être la partie la plus longue et la plus négligée du processus. Certains fiduciaires ne ressentent pas l’urgence de la surveillance s’ils ont réussi les trois premières étapes. Les fiduciaires ne devraient négliger aucune de leurs responsabilités car ils pourraient être également responsables de la négligence à chaque étape.

Afin de suivre correctement le processus d’investissement, les fiduciaires doivent périodiquement examiner les rapports qui comparent la performance de leurs investissements à l’indice et au groupe de pairs appropriés, et déterminer si les objectifs de la déclaration de politique d’investissement sont atteints. Le simple suivi des statistiques de performances ne suffit pas.

Les fiduciaires doivent également surveiller les données qualitatives, telles que les changements dans la structure organisationnelle des gestionnaires de placements utilisés dans le portefeuille. Si les décideurs en matière d’investissement dans une organisation sont partis, ou si leur niveau d’autorité a changé, les investisseurs doivent réfléchir à l’impact que ces informations peuvent avoir sur les performances futures.

En plus des évaluations de performance, les fiduciaires doivent examiner les dépenses engagées dans la mise en œuvre du processus. Les fiduciaires sont responsables non seulement de la manière dont les fonds sont investis, mais également de la manière dont les fonds sont dépensés. Les frais de placement ont un impact direct sur le rendement et les fiduciaires doivent s’assurer que les frais payés pour la gestion des placements sont justes et raisonnables.

Règles et réglementations fiduciaires en vigueur

Une agence du Département du Trésor, le Bureau du contrôleur de la monnaie, est chargé de réglementer les associations fédérales d’épargne et leurs activités fiduciaires aux États-Unis. agents immobiliers et avocats. Au mieux, deux intérêts opposés peuvent être équilibrés; cependant, équilibrer les intérêts n’est pas la même chose que servir le meilleur intérêt d’un client.

Les certifications fiduciaires sont distribuées au niveau de l’État et peuvent être révoquées par les tribunaux s’il s’avère qu’une personne a négligé ses devoirs. Pour devenir certifié, un fiduciaire doit passer un examen qui teste sa connaissance des lois, des pratiques et des procédures liées à la sécurité, telles que la vérification des antécédents et le filtrage. Bien que les bénévoles du conseil n’aient pas besoin de certification, la diligence raisonnable consiste à s’assurer que les professionnels travaillant dans ces domaines possèdent les certifications ou les licences appropriées pour les tâches qu’ils exécutent.

Questions fréquemment posées

Qu’est-ce qu’un fiduciaire?

Un fiduciaire doit placer l’intérêt de ses clients en premier, dans le cadre d’un accord juridique et éthique contraignant. Surtout, les fiduciaires sont tenus d’éviter un conflit d’intérêts entre le fiduciaire et le mandant. Parmi les formes les plus courantes de fiduciaires figurent les conseillers financiers, les banquiers, les gestionnaires de fonds et les agents d’assurance. Dans le même temps, les fiduciaires sont présents dans de nombreuses autres relations d’affaires, telles que les membres du conseil d’administration et les actionnaires.

Quelles sont les trois obligations fiduciaires envers les actionnaires?

Étant donné que les administrateurs de sociétés peuvent être considérés comme des fiduciaires pour les actionnaires, ils ont les trois obligations fiduciaires suivantes. Le devoir de diligence oblige les administrateurs à prendre des décisions de bonne foi pour les actionnaires d’une manière raisonnablement prudente. Le devoir de loyauté exige que les administrateurs ne placent pas d’autres intérêts, causes ou entités au-dessus des intérêts de l’entreprise et de ses actionnaires. Le devoir d’agir de bonne foi, enfin, exige que les administrateurs choisissent la meilleure option pour servir l’entreprise et les parties prenantes.

Qu’est-ce qu’un exemple de fiduciaire?

Prenons l’exemple d’un fiduciaire et d’un bénéficiaire, la forme la plus courante de relation fiduciaire. Le fiduciaire est une organisation ou une personne responsable de la gestion des actifs d’un tiers, souvent présents dans les successions, les pensions et les organismes de bienfaisance. Un fiduciaire est tenu par une obligation fiduciaire de faire passer les intérêts de la fiducie avant les leurs.

 

Adblock
detector