Économie du côté de l’offre

Qu’est-ce que l’économie du côté de l’offre?

L’économie du côté de l’offre est mieux connue de certains sous le nom de « Reaganomics », ou politique de «ruissellement» adoptée par le 40e président américain Ronald Reagan.

Le président Reagan et ses contemporains républicains ont popularisé l’idée controversée selon laquelle des réductions d’impôts plus importantes pour les investisseurs et les entrepreneurs riches les incitent à épargner et à investir, et à produire des avantages économiques qui se répercutent sur l’économie dans son ensemble.

Il citait souvent l’aphorisme «une marée montante soulève tous les bateaux» pour expliquer son point de vue sur la théorie.

Points clés à retenir

  • L’économie du côté de l’offre est une théorie économique qui postule que les réductions d’impôts pour les riches se traduisent par une augmentation de l’épargne et de la capacité d’investissement pour eux qui se répercutent sur l’ensemble de l’économie.
  • Le président Ronald Regan était un fervent partisan de l’économie du côté de l’offre, d’où le nom de «Reaganomics». Elle est également connue sous le nom d’économie de retombée.
  • L’objectif visé de l’économie du côté de l’offre est d’expliquer les événements macroéconomiques dans une économie et de proposer des politiques pour une croissance économique stable.
  • Les trois piliers de l’économie du côté de l’offre sont la politique fiscale, la politique réglementaire et la politique monétaire.
  • Le point central de l’économie du côté de l’offre est que la production (c’est-à-dire «l’offre» de biens et de services) est l’élément le plus important pour déterminer la croissance économique.
  • L’économie keynésienne, ou économie du côté de la demande, estime que le niveau de la demande dans l’économie est le principal facteur de croissance économique, plutôt que l’offre.

Comprendre l’économie du côté de l’offre

Comme la plupart des théories économiques, l’économie du côté de l’offre essaie d’expliquer à la fois les phénomènes macroéconomiques et, sur la base de ces explications, offre des prescriptions politiques pour une croissance économique stable.

En général, la théorie de l’ offre repose sur trois piliers: la politique fiscale, la politique réglementaire et la politique monétaire. Cependant, l’idée unique qui sous-tend les trois piliers est que la production (c’est-à-dire «l’offre» de biens et de services) est la plus importante pour déterminer la croissance économique.

La théorie du côté de l’offre est généralement tenue en contraste frappant avec la théorie keynésienne qui, entre autres facettes, inclut l’idée que la demande peut faiblir, donc si le retard de la demande des consommateurs entraîne l’économie vers la récession, le gouvernement devrait intervenir avec des stimuli fiscaux et monétaires.

C’est la seule grande distinction: un keynésien pur estime que les consommateurs et leur demande de biens et de services sont des moteurs économiques clés, tandis qu’un côté de l’offre estime que les producteurs et leur volonté de créer des biens et des services déterminent le rythme de la croissance économique.

1:23

L’argument selon lequel l’offre crée sa propre demande

En économie, nous passons en revue les courbes d’offre et de demande. Le graphique ci-dessous illustre un équilibre macroéconomique simplifié: la demande globale et l’offre globale se croisent pour déterminer les niveaux globaux de production et de prix. (Dans cet exemple, la production peut être le produit intérieur brut et le niveau des prix peut être l’ indice des prix à la consommation.)

Le graphique ci-dessous illustre la prémisse du côté de l’offre: une augmentation de l’offre (c’est-à-dire la production de biens et de services) augmentera la production et baissera les prix.

Du côté de l’offre va en fait plus loin et prétend que la demande est largement hors de propos. Il dit que la surproduction et la sous-production ne sont pas des phénomènes durables.

Les acteurs de l’offre soutiennent que lorsque les entreprises «surproduisent» temporairement, des stocks excédentaires seront créés, les prix chuteront par la suite et les consommateurs augmenteront leurs achats pour compenser l’offre excédentaire.

Cela revient essentiellement à croire en une courbe d’offre verticale (ou presque verticale), comme le montre le graphique ci-dessous.

Dans le graphique ci-dessous, nous illustrons l’impact d’une augmentation de la demande: les prix augmentent, mais la production ne change pas beaucoup.

Dans une telle dynamique – où l’offre est verticale – la seule chose qui augmente la production (et donc la croissance économique) est l’augmentation de la production dans l’offre de biens et de services, comme illustré ci-dessous:

Théorie du côté de l’offre Seule une augmentation de l’offre (production) augmente la production

Trois piliers

Les trois piliers du côté de l’offre découlent de cette prémisse. Sur la question de la politique fiscale, les acteurs de l’offre plaident pour des taux marginaux d’imposition plus bas. En ce qui concerne un impôt marginal plus faible sur le revenu, les fournisseurs pensent que des taux inférieurs inciteront les travailleurs à préférer le travail aux loisirs (à la marge).

En ce qui concerne la baisse des taux d’imposition des gains en capital, ils estiment que des taux inférieurs incitent les investisseurs à déployer leurs capitaux de manière productive. À certains taux, un fournisseur de services soutiendrait même que le gouvernement ne perdrait pas les recettes fiscales totales parce que des taux plus bas seraient plus que compensés par une assiette fiscale plus élevée – en raison d’une augmentation de l’emploi et de la productivité.

Sur la question de la politique de régulation, les acteurs de l’offre ont tendance à s’allier avec les conservateurs politiques traditionnels – ceux qui préféreraient un gouvernement plus petit et moins d’intervention sur le marché libre.

Cela est logique car les acteurs de l’offre – bien qu’ils puissent admettre que le gouvernement peut temporairement aider en effectuant des achats – ne pensent pas que cette demande induite puisse soit sauver une récession, soit avoir un impact durable sur la croissance.

Le troisième pilier, la politique monétaire, est particulièrement controversé. Par politique monétaire, nous faisons référence à la capacité de la Réserve fédérale à augmenter ou diminuer la quantité de dollars en circulation (c’est-à-dire où plus de dollars signifie plus d’achats par les consommateurs, créant ainsi des liquidités).

Un keynésien a tendance à penser que la politique monétaire est un outil important pour peaufiner l’économie et gérer les cycles économiques, alors qu’un côté de l’offre ne pense pas que la politique monétaire puisse créer de la valeur économique.

Alors que les deux conviennent que le gouvernement a une presse à imprimer, le keynésien pense que cette presse à imprimer peut aider à résoudre les problèmes économiques. Mais le côté de l’offre pense que le gouvernement (ou la Fed) ne créera probablement des problèmes avec sa presse à imprimer que par ce qui suit:

  • Créer trop de liquidités inflationnistes avec une politique monétaire expansionniste, ou
  • Pas suffisamment de « graissage » du commerce avec suffisamment de liquidités en raison d’une politique monétaire restrictive.

Un côté de l’offre strict est donc préoccupé par le fait que la Fed pourrait par inadvertance étouffer la croissance.

Qu’est-ce que l’or a à voir avec cela?

Étant donné que les acteurs de l’offre considèrent la politique monétaire non comme un outil de création de valeur économique, mais plutôt comme une variable à contrôler, ils préconisent une politique monétaire stable ou une politique d’inflation douce liée à la croissance économique – par exemple, 3% contre 4 % de croissance de la masse monétaire par an.

Ce principe est la clé pour comprendre pourquoi les acteurs de l’offre préconisent souvent un retour à l’ étalon-or, ce qui peut sembler étrange à première vue (et la plupart des économistes considèrent probablement cet aspect comme douteux).

L’idée n’est pas que l’or est particulièrement spécial, mais plutôt que l’or est le candidat le plus évident en tant que «réserve de valeur» stable. Les acteurs de l’offre soutiennent que si les États-Unis fixaient le dollar à l’or, la monnaie serait plus stable et moins de résultats perturbateurs résulteraient des fluctuations monétaires.

En tant que thème d’investissement, les théoriciens de l’offre affirment que le prix de l’or – puisqu’il s’agit d’une réserve de valeur relativement stable – fournit aux investisseurs un « indicateur avancé » ou un signal indiquant la direction du dollar. En effet, l’or est généralement considéré comme une couverture contre l’ inflation. Et bien que le bilan historique ne soit guère parfait, l’or a souvent donné des signaux précoces sur le dollar.

FAQ sur l’économie de l’offre

Pourquoi l’appelle-t-on économie du côté de l’offre?

On l’appelle économie du côté de l’offre parce que la théorie croit que la production («l’offre» de biens et de services) est la composante macroéconomique la plus importante dans la réalisation de la croissance économique.

Quel est l’opposé de l’économie du côté de l’offre?

Le contraire de l’économie de l’offre est l’économie keynésienne, qui estime que la demande de biens (dépenses) est le principal moteur de la croissance économique.

Qu’est-ce que Reaganomics?

Reaganomics est un terme désignant les politiques économiques du président Ronald Reagan qui se concentraient sur les réductions d’impôts pour les riches, estimant qu’elles conduiraient à des économies et à des investissements plus élevés, ce qui produirait des avantages économiques qui se répercuteraient sur l’ensemble de l’économie. Reaganomics s’est également concentré sur l’augmentation des dépenses militaires et la déréglementation des marchés intérieurs.

L’économie keynésienne est-elle du côté de l’offre ou de la demande?

L’économie keynésienne est une économie du côté de la demande, qui estime que la demande dans l’économie est le principal moteur de la croissance. L’augmentation ou la diminution de la demande de biens et de services a une incidence sur l’offre que les producteurs apportent à l’économie.

L’économie keynésienne estime que si la demande des consommateurs diminue, il est de la responsabilité du gouvernement d’augmenter les dépenses et d’intervenir avec des stimuli fiscaux et monétaires.

En quoi l’économie de l’offre et celle de la demande sont-elles différentes?

L’économie du côté de l’offre estime que les producteurs et leur volonté de créer des biens et des services déterminent le rythme de la croissance économique, tandis que l’économie de la demande estime que les consommateurs et leur demande de biens et de services sont les principaux moteurs économiques.

La ligne de fond

L’économie de l’offre a une histoire colorée. Certains économistes considèrent l’offre comme une théorie utile. D’autres économistes sont si totalement en désaccord avec la théorie qu’ils la rejettent comme n’offrant rien de particulièrement nouveau ou controversé en tant que vision actualisée de l’économie classique.

Sur la base des trois piliers discutés ci-dessus, vous pouvez voir comment l’offre ne peut pas être séparée des domaines politiques car elle implique un rôle réduit pour le gouvernement et une politique fiscale moins progressive.