17 avril 2021 20:47

Diversification

Qu’est-ce que la diversification?

La diversification est une stratégie de gestion des risques qui combine une grande variété de placements au sein d’un portefeuille. Un portefeuille diversifié contient une combinaison de types d’actifs et de véhicules d’investissement distincts dans le but de limiter l’exposition à un actif ou à un risque unique. La justification de cette technique est qu’un portefeuille constitué de différents types d’actifs produira, en moyenne, des rendements à long terme plus élevés et réduira le risque de tout placement ou titre individuel.

Les bases de la diversification

La diversification vise à atténuer les événements de risque non systématiques dans un portefeuille, de sorte que la performance positive de certains investissements neutralise la performance négative d’autres. Les avantages de la diversification ne tiennent que si les titres du portefeuille ne sont pas parfaitement corrélés, c’est-à-dire qu’ils réagissent différemment, souvent de manière opposée, aux influences du marché.

Des études et des modèles mathématiques ont montré que le maintien d’un portefeuille bien diversifié de 25 à 30 actions permet d’obtenir le niveau de réduction du risque le plus rentable. L’investissement dans plus de titres génère d’autres avantages de diversification, mais à un rythme considérablement plus faible.

Points clés à retenir

  • La diversification est une stratégie qui combine une grande variété de placements au sein d’un portefeuille.
  • Les avoirs en portefeuille peuvent être diversifiés entre les classes d’actifs et au sein des classes, ainsi que géographiquement, en investissant à la fois sur les marchés nationaux et étrangers.
  • La diversification limite le risque du portefeuille mais peut également atténuer la performance, du moins à court terme.

Diversification par classe d’actifs

Les gestionnaires de fonds et les investisseurs diversifient souvent leurs investissements entre les classes d’actifs et déterminent les pourcentages du portefeuille à allouer à chacune. Les cours peuvent inclure:

  • Actions – actions ou actions d’une société cotée en bourse
  • Obligations – instruments de dette à revenu fixe des gouvernements et des entreprises
  • Immobilier – terres, bâtiments, ressources naturelles, agriculture, bétail, eau et gisements minéraux
  • Fonds négociés en bourse (FNB) – un panier de titres négociables qui suivent un indice, une marchandise ou un secteur
  • Produits de base – biens de base nécessaires à la production d’autres produits ou services
  • Trésorerie et équivalents de trésorerie à court terme (CCE) – Bons du Trésor, certificat de dépôt (CD), véhicules du marché monétaire et autres placements à court terme à faible risque

Ils se diversifieront ensuite parmi les investissements au sein des classes d’actifs, par exemple en sélectionnant des actions de divers secteurs qui ont tendance à avoir une faible corrélation de rendement, ou en choisissant des actions de capitalisations boursières différentes. Dans le cas des obligations, les investisseurs peuvent choisir parmi les obligations de sociétés de première qualité, les bons du Trésor américain, les obligations d’État et municipales, les obligations à haut rendement et autres.

Diversification étrangère

Les investisseurs peuvent profiter d’autres avantages de la diversification en investissant dans des titres étrangers, car ils ont tendance à être moins étroitement corrélés aux titres nationaux. Par exemple, les forces déprimant l’économie américaine peuvent ne pas affecter l’économie japonaise de la même manière. Par conséquent, détenir des actions japonaises offre à un investisseur un petit coussin de protection contre les pertes lors d’un ralentissement économique américain.

Diversification et investisseur de détail

Les contraintes de temps et de budget peuvent rendre difficile pour les investisseurs non institutionnels, c’est-à-dire les particuliers, de créer un portefeuille suffisamment diversifié. Ce défi est l’une des principales raisons pour lesquelles les fonds communs de placement sont si populaires auprès des investisseurs de détail. L’achat d’actions dans un fonds commun de placement offre un moyen peu coûteux de diversifier les placements.

Alors que les fonds communs de placement offrent une diversification dans diverses catégories d’actifs, les fonds négociés en bourse (FNB) permettent aux investisseurs d’accéder à des marchés étroits tels que les matières premières et les marchés internationaux qui seraient normalement difficiles d’accès. Une personne possédant un portefeuille de 100 000 $ peut répartir l’investissement entre les FNB sans chevauchement.

Inconvénients de la diversification

Risque réduit, tampon de volatilité: les avantages de la diversification sont nombreux. Cependant, il y a aussi des inconvénients. Plus un portefeuille possède de titres, plus sa gestion prend du temps – et plus il est coûteux, car l’achat et la vente de nombreux titres différents entraînent davantage de frais de transaction et de commissions de courtage. Plus fondamentalement, la stratégie de répartition de la diversification fonctionne dans les deux sens, réduisant à la fois le risque et la récompense.

Supposons que vous ayez investi à parts égales 120 000 $ dans six actions et qu’une action double en valeur. Votre mise initiale de 20 000 $ vaut désormais 40 000 $. Vous avez fait beaucoup, bien sûr, mais pas autant que si la totalité de vos 120 000 $ avait été investie dans cette entreprise. En vous protégeant à la baisse, la diversification vous limite à la hausse, du moins à court terme. Sur le long terme, les portefeuilles diversifiés ont tendance à afficher des rendements plus élevés (voir l’exemple ci-dessous).

Avantages

  • Réduit le risque de portefeuille
  • Couverture contre la volatilité des marchés
  • Offre des rendements plus élevés à long terme

Les inconvénients

  • Les limites gagnent à court terme
  • Gestion chronophage
  • Engage plus de frais de transaction, de commissions

Diversification et Smart Beta

Les stratégies bêta intelligentes offrent une diversification en suivant les indices sous-jacents, mais ne pèsent pas nécessairement les actions en fonction de leur capitalisation boursière. Les gestionnaires d’ETF examinent en outre les problèmes d’actions sur les fondamentaux et rééquilibrent les portefeuilles en fonction d’une analyse objective et pas seulement de la taille de l’entreprise. Bien que les portefeuilles bêta intelligents ne soient pas gérés, l’objectif principal est la surperformance de l’indice lui-même.

Par exemple, en mars 2019, le FNB iShares Edge MSCI USA Quality Factor détenait 125 actions américaines de grande et moyenne capitalisation. En se concentrant sur le rendement des capitaux propres (ROE), le ratio dette / capitaux propres (D / E) et pas uniquement sur la capitalisation boursière, le FNB a généré un rendement cumulatif de 90,49% depuis sa création en juillet 2013. Un investissement similaire dans l’indice S&P 500 a augmenté de 66,33%.

Exemple du monde réel

Disons qu’un investisseur agressif qui peut assumer un niveau de risque plus élevé souhaite construire un portefeuille composé d’actions japonaises, d’obligations australiennes et de contrats à terme sur le coton. Il peut acheter des participations dans iShares MSCI Japan ETF, dans le Vanguard Australian Government Bond Index ETF et dans l’ETN iPath Bloomberg Cotton Subindex Total Return, par exemple.

Avec ce mix d’actions ETF, du fait des qualités spécifiques des classes d’actifs ciblées et de la transparence des participations, l’investisseur assure une véritable diversification de ses participations. En outre, avec des corrélations différentes, ou des réponses à des forces extérieures, entre les titres, ils peuvent légèrement réduire leur exposition au risque. (Pour une lecture connexe, voir « L’importance de la diversification »)

 

Adblock
detector