18 avril 2021 11:31

Réticent au risque

Qu’est-ce que l’aversion au risque?

Le terme «averse au risque» décrit l’investisseur qui choisit la préservation du capital plutôt que le potentiel d’un rendement supérieur à la moyenne.

En investissant, le risque équivaut à la volatilité des prix. Un investissement volatil peut vous rendre riche ou dévorer votre épargne. Un investissement prudent croîtra lentement et régulièrement au fil du temps.

Un faible risque signifie la stabilité. Un investissement à faible risque garantit un rendement raisonnable, quoique peu spectaculaire, avec une chance quasi nulle que l’investissement initial soit perdu.

En règle générale, le rendement d’un placement à faible risque correspondra ou dépassera légèrement le niveau d’inflation au fil du temps. Un investissement à haut risque peut gagner ou perdre une liasse d’argent.

Comprendre l’investisseur averse au risque

Le terme neutre au risque décrit l’attitude d’un individu qui évalue les alternatives d’investissement en se concentrant uniquement sur les gains potentiels, quel que soit le risque. Cela peut sembler contre-intuitif: évaluer la récompense sans tenir compte du risque semble intrinsèquement risqué.

Néanmoins, offert deux opportunités d’investissement, l’investisseur neutre au risque ne regarde que les gains potentiels de chaque investissement et ignore le risque potentiel de baisse.

L’investisseur averse au risque laissera passer l’opportunité d’un gain important en faveur de la sécurité.

Choix de placement peu risqués

Les investisseurs averses au risque investissent généralement leur argent dans des comptes d’épargne, des certificats de dépôt (CD), des obligations municipales et d’entreprises et des actions de croissance de dividendes.

Tout ce qui précède, à l’exception des actions de croissance à dividendes, garantit pratiquement que le montant investi sera toujours là chaque fois que l’investisseur choisira de l’encaisser.

Les actions de croissance à dividendes, comme toutes les actions, augmentent ou diminuent en valeur. Cependant, ils sont connus pour deux attributs majeurs: ce sont des actions de sociétés matures avec des antécédents éprouvés et un flux de revenus constant, et ils versent régulièrement un dividende à leurs investisseurs. Ce dividende peut être versé à l’investisseur sous forme de complément de revenu ou réinvesti dans les actions de la société pour contribuer à la croissance du compte au fil du temps.

Attributs de l’aversion au risque

Les investisseurs averses au risque sont également connus comme des investisseurs prudents. Ils sont, par nature ou par circonstances, peu disposés à accepter la volatilité de leurs portefeuilles d’investissement. Ils veulent que leurs investissements soient très liquides. Autrement dit, cet argent doit être là en entier lorsqu’ils sont prêts à effectuer un retrait. Pas d’attente pour que les marchés se redressent.

Le plus grand nombre d’investisseurs averses au risque se trouve parmi les investisseurs plus âgés et les retraités. Ils ont peut-être passé des décennies à construire un pécule. Maintenant qu’ils l’utilisent ou prévoient de l’utiliser bientôt, ils ne sont pas disposés à risquer des pertes.

Points clés à retenir

  • Les investisseurs averses au risque donnent la priorité à la sécurité du principal plutôt qu’à la possibilité d’un meilleur rendement de leur argent.
  • Ils préfèrent les investissements liquides. Autrement dit, leur argent peut être consulté en cas de besoin, quelles que soient les conditions du marché en ce moment.
  • Les investisseurs averses au risque préfèrent généralement les actions de croissance à dividendes, les obligations municipales et d’entreprises, les CD et les comptes d’épargne.

Exemples d’investissements peu risqués

Comptes d’épargne

Un compte d’épargne à haut rendement d’une banque ou d’une coopérative de crédit offre un rendement stable sans pratiquement aucun risque d’investissement. La Federal Deposit Insurance Corp. (FDIC) et la National Credit Union Administration (NCUA) assurent les fonds détenus dans ces comptes d’épargne jusqu’à des limites généreuses.

Le terme «haut rendement» est cependant relatif. Le rendement de l’argent devrait atteindre ou légèrement dépasser le niveau d’inflation.

Obligations municipales et corporatives

Les gouvernements des États et locaux et les entreprises collectent régulièrement des fonds en émettant des obligations. Ces titres de créance paient un dividende régulier à leurs investisseurs.

Les défauts sur les obligations sont si rares qu’ils font les livres d’histoire. La Russie a fait défaut sur certaines de ses dettes lors d’une crise financière en 1998. La crise financière mondiale de 2008-2009 a été en partie causée par l’effondrement des obligations adossées à des prêts hypothécaires consentis à des emprunteurs à risque.

Notamment, les agences chargées de noter ces obligations auraient dû leur attribuer des notations reflétant les risques des investissements. Il s’agissait de «junk bonds» commercialisés comme des obligations sûres.



Les défauts sur les obligations sont possibles mais ils sont si rares qu’ils font l’histoire. La Russie a fait défaut sur certaines de ses dettes lors d’une crise financière en 1998.

Les investisseurs averses au risque achètent des obligations émises par des gouvernements stables et des sociétés saines. Leurs obligations obtiennent la note AAA la plus élevée.

Dans le pire des cas de faillite, les détenteurs d’obligations ont d’abord des dibs sur le remboursement du produit de la liquidation.

Les obligations municipales ont un avantage sur les obligations de sociétés. Ils sont généralement exonérés des impôts fédéraux et étatiques, ce qui améliore le rendement total de l’investisseur.

Actions de croissance à dividendes

Les actions de croissance de dividendes attirent les investisseurs averses au risque, car leurs paiements de dividendes prévisibles aident à compenser les pertes même en cas de baisse du cours de l’action.

Dans tous les cas, les entreprises qui augmentent leurs dividendes annuels chaque année ne présentent généralement pas la même volatilité que les actions achetées pour l’appréciation du capital.

Nombre d’entre eux sont des actions appartenant à des secteurs dits défensifs. Autrement dit, les entreprises sont des salariés stables qui ne sont pas aussi gravement touchés par un ralentissement général de l’économie. Des exemples sont les entreprises du secteur des services publics et les entreprises qui vendent des produits de consommation courante.

Les investisseurs ont généralement la possibilité de réinvestir les dividendes pour acheter plus d’actions de l’action ou de recevoir le paiement immédiat du dividende.

Certificats de dépôt

Les investisseurs averses au risque qui n’ont pas besoin d’accéder immédiatement à leur argent peuvent le placer dans un certificat de dépôt. Les CD paient généralement un peu plus que les comptes d’épargne, mais obligent l’investisseur à déposer l’argent pendant une période plus longue. Les retraits anticipés sont possibles mais s’accompagnent de pénalités qui peuvent effacer tout revenu de l’investissement ou même mordre dans le capital.

Le seul risque dans un CD est que les taux d’intérêt augmentent considérablement pendant que l’argent est déposé. L’investisseur aura ainsi perdu l’opportunité d’obtenir un rendement plus élevé, et l’argent investi pourrait ne pas gagner suffisamment pour compenser l’impact de l’inflation survenue lors de son dépôt.

Les CD sont particulièrement utiles pour les investisseurs averses au risque qui souhaitent diversifier la partie en espèces de leur portefeuille. Autrement dit, ils peuvent déposer une partie de leur argent dans un compte d’épargne pour un accès immédiat, et le reste dans un compte à plus long terme qui génère un meilleur rendement.

 

Adblock
detector