17 avril 2021 21:50

Objet extraordinaire

Qu’est-ce qu’un élément extraordinaire?

Les éléments extraordinaires se composaient de gains ou de pertes liés à des événements inhabituels et peu fréquents qui étaient classés, présentés et divulgués séparément dans les états financiers des sociétés. Les éléments extraordinaires étaient généralement expliqués plus en détail dans les notes aux états financiers. Les sociétés ont présenté un élément extraordinaire séparément de leur bénéfice d’exploitation, car il s’agissait généralement d’un gain ou d’une perte non récurrent et ne devrait pas se reproduire à l’avenir.

En janvier 2015, le Financial Accounting Standards Board (FASB), qui publie les normes comptables auxquelles les entreprises américaines doivent se conformer, a éliminé le concept d’éléments extraordinaires. Cependant, les entreprises doivent toujours déclarer les éléments non récurrents tels que les revenus provenant de la vente de terrains.

Points clés à retenir

  • Les éléments extraordinaires étaient les gains ou les pertes résultant d’événements peu fréquents et inhabituels qui étaient classés séparément dans les états financiers des sociétés.
  • En janvier 2015, le Financial Accounting Standards Board (FASB) a éliminé le concept d’éléments extraordinaires.
  • Le FASB a interrompu le traitement comptable des éléments extraordinaires afin de réduire le coût et la complexité de la préparation des états financiers.

Comprendre l’élément extraordinaire

Les normes comptables établies et mises à jour par le FASB sont appelées les principes comptables généralement reconnus (PCGR). Le FASB a interrompu le traitement comptable des éléments extraordinaires et supprimé l’obligation de déclaration des PCGR des États-Unis afin de réduire le coût et la complexité de la préparation des états financiers.

Avant 2015, les entreprises consacraient beaucoup d’efforts à déterminer si un événement particulier devait être considéré comme extraordinaire. Les gains et pertes nets d’impôts sur les éléments extraordinaires devaient être présentés séparément dans le compte de résultat après le résultat des activités poursuivies.

La mise à jour par le FASB de supprimer les éléments extraordinaires n’a fait qu’éliminer la nécessité pour les entreprises et leurs auditeurs d’identifier si un événement était si rare qu’il pouvait être qualifié d’élément extraordinaire à partir de l’exercice 2015. Les entreprises doivent toujours divulguer des événements peu fréquents et inhabituels, mais maintenant sans désigner eux comme extraordinaires. En outre, les entreprises ne sont plus tenues d’évaluer l’incidence fiscale des éléments extraordinaires et de présenter l’effet sur le bénéfice par action (BPA), qui est le bénéfice d’une entreprise en proportion de ses actions en circulation.

Cette mise à jour comptable a laissé intactes les obligations de déclaration et de divulgation pour les événements ou transactions inhabituels et peu fréquents. Bien que les entreprises n’aient plus à décrire les événements et leurs effets comme extraordinaires, elles doivent tout de même Normes internationales d’information financière (IFRS) n’incluent pas d’éléments extraordinaires dans leurs normes comptables.

Exigences relatives à un élément extraordinaire

Un événement ou une transaction était considéré comme extraordinaire s’il était à la fois inhabituel et peu fréquent. Un événement inhabituel doit être très anormal et sans rapport avec les activités d’exploitation typiques d’une entreprise, et il faut raisonnablement s’attendre à ce qu’il ne se reproduise pas à l’avenir. Il était courant pour certaines entreprises de ne pas présenter cet élément de campagne pendant des années.

Outre la séparation de l’effet des éléments extraordinaires sur le compte de résultat, les sociétés étaient tenues d’estimer les impôts sur les bénéfices de ces éléments et de divulguer leur impact sur le bénéfice par action (BPA). Des exemples d’éléments extraordinaires sont les pertes causées par divers événements catastrophiques, tels que les tremblements de terre, les tsunamis et les incendies de forêt. S’il était facile de désigner et d’estimer l’effet de certains événements extraordinaires (par exemple, les incendies), d’autres événements ayant un effet indirect sur les activités des entreprises étaient beaucoup plus difficiles à évaluer.

 

Adblock
detector