Une introduction à la finance comportementale

Table des matières

Développer

  • Résultats de la finance comportementale
  • Pertes vs gains
  • Le troupeau contre soi
  • Dans quelle mesure la finance comportementale est-elle pratique?
  • Questions fréquemment posées
  • La ligne de fond

Pendant des décennies, les psychologues et les sociologues ont repoussé les théories de la finance et de l’économie dominantes, affirmant que les êtres humains ne sont pas des acteurs rationnels maximisant l’utilité et que les marchés ne sont pas efficaces dans le monde réel. Le domaine de l’économie comportementale est né à la fin des années 1970 pour résoudre ces problèmes, accumulant un large éventail de cas où les gens se comportent systématiquement de manière «irrationnelle». L’application de l’économie comportementale au monde de la finance est connue, sans surprise, sous le nom de finance comportementale.

De ce point de vue, il n’est pas difficile d’imaginer le marché boursier en tant que personne: il a des sautes d’humeur (et des fluctuations de prix) qui peuvent passer d’un sou d’irritable à euphorique; il peut réagir à la hâte un jour et faire amende honorable le lendemain. Mais le comportement humain peut-il vraiment nous aider à comprendre les questions financières? L’analyse de l’humeur du marché nous fournit-elle des stratégies pratiques? Les théoriciens de la finance comportementale suggèrent que c’est possible.

Points clés à retenir

  • La finance comportementale affirme qu’au lieu d’être rationnels et calculateurs, les gens prennent souvent des décisions financières fondées sur des émotions et des préjugés cognitifs.
  • Par exemple, les investisseurs détiennent souvent des positions perdantes plutôt que de ressentir la douleur associée à une perte.
  • L’instinct de suivre le troupeau explique pourquoi les investisseurs achètent sur des marchés haussiers et vendent sur des marchés baissiers.
  • La finance comportementale est utile pour analyser les rendements du marché avec le recul, mais n’a pas encore produit d’informations susceptibles d’aider les investisseurs à développer une stratégie qui surperformera à l’avenir.

Quelques résultats de la finance comportementale

La finance comportementale est un sous-domaine de l’économie comportementale, qui fait valoir que lors de la prise de décisions financières telles que l’investissement, les personnes ne sont pas aussi rationnelles que le prédit la théorie financière traditionnelle. Pour les investisseurs qui sont curieux de savoir comment les émotions et les préjugés déterminent le cours des actions, la finance comportementale propose des descriptions et des explications intéressantes.

L’idée que la psychologie entraîne les mouvements boursiers va à l’encontre des théories établies qui prônent l’idée que les marchés financiers sont efficaces. Les partisans de l’  hypothèse du marché efficace (EMH), par exemple, affirment que toute nouvelle information relative à la valeur d’une entreprise est rapidement évaluée par le marché. Par conséquent, les mouvements de prix futurs sont aléatoires car toutes les informations disponibles (publiques et certaines informations non publiques ) sont déjà actualisées dans les valeurs actuelles.

Cependant, pour quiconque a traversé la bulle Internet et le crash qui a suivi, la théorie du marché efficace est assez difficile à avaler. Les comportementalistes expliquent que, plutôt que d’être des anomalies, les comportements irrationnels sont monnaie courante. En fait, les chercheurs ont régulièrement reproduit des exemples de comportements irrationnels en dehors de la finance à l’aide d’expériences très simples.

L’importance des pertes par rapport à l’importance des gains

Voici une expérience: Offrez à quelqu’un le choix de 50 $ sûrs ou, au tirage d’une pièce, la possibilité de gagner 100 $ ou de ne rien gagner. Il y a de fortes chances que la personne empoche la chose sûre. À l’inverse, offrez le choix entre 1) une perte certaine de 50 $ ou 2) sur un tirage au sort, soit une perte de 100 $ ou rien. La personne, plutôt que d’accepter une perte de 50 $, choisira probablement la deuxième option et retournera la pièce. C’est ce qu’on appelle l’ aversion aux pertes.

La chance que la pièce atterrisse d’un côté ou de l’autre est équivalente dans tous les scénarios, mais les gens iront au tirage au sort pour se sauver d’une perte de 50 $, même si le tirage au sort pourrait signifier une perte encore plus grande de 100 $. C’est parce que les gens ont tendance à considérer la possibilité de récupérer une perte comme plus importante que la possibilité d’un gain plus important.

La priorité d’éviter les pertes vaut également pour les investisseurs. Il suffit de penser aux actionnaires de Nortel Networks qui ont vu la valeur de leurs actions chuter de plus de 100 $ l’action au début de 2000 à moins de 2 $ quelques années plus tard. Quelle que soit la baisse du prix, les investisseurs – croyant que le prix finira par revenir – détiennent souvent des actions plutôt que de subir la douleur de subir une perte.

Le troupeau contre soi

L’  instinct de troupeau explique pourquoi les gens ont tendance à imiter les autres. Lorsqu’un marché évolue à la hausse ou à la baisse, les investisseurs craignent que les autres en sachent plus ou aient plus d’informations. En conséquence, les investisseurs ressentent une forte impulsion à faire ce que font les autres.

La finance comportementale a également constaté que les investisseurs ont tendance à accorder trop de valeur aux jugements tirés de petits échantillons de données ou de sources uniques. Par exemple, les investisseurs sont connus pour attribuer des compétences plutôt que de la chance à un analyste qui choisit une action gagnante.

D’un autre côté, les croyances ne sont pas facilement ébranlées. Une idée qui a saisi les investisseurs jusqu’à la fin des années 90, par exemple, était que toute chute soudaine du marché était une opportunité d’achat. En effet, cette vision d’ achat à la baisse est toujours présente. Les investisseurs sont souvent trop confiants dans leurs jugements et ont tendance à se jeter sur un seul détail «révélateur» plutôt que sur la moyenne la plus évidente. Ce faisant, ils ne parviennent pas à voir la situation dans son ensemble en se concentrant trop sur les petits détails.

Dans quelle mesure la finance comportementale est-elle pratique?

On peut se demander si ces études aideront les investisseurs à battre le marché. Après tout, les lacunes rationnelles devraient offrir de nombreuses opportunités rentables aux investisseurs avisés. Dans la pratique, cependant, peu d’ investisseurs de valeur, voire aucun , déploient des principes comportementaux pour déterminer quelles actions bon marché offrent réellement des rendements constamment supérieurs à la norme.

L’impact de la recherche en finance comportementale reste encore plus important dans le milieu universitaire que dans la gestion pratique de l’ argent. Alors que les théories soulignent de nombreuses lacunes rationnelles, le domaine offre peu de solutions permettant de gagner de l’argent grâce aux manies du marché.

Robert Shiller, l’auteur de «Irrational Exuberance» (2000), a montré qu’à la fin des années 1990, le marché était au cœur d’une bulle. Mais il ne pouvait pas dire quand la bulle éclaterait. De même, les comportementalistes d’aujourd’hui ne peuvent pas nous dire quand le marché a atteint un sommet, tout comme ils ne pouvaient pas dire quand il se situerait au plus bas après la crise financière de 2007-2008. Ils peuvent cependant décrire à quoi pourrait ressembler un tournant important.

Questions fréquemment posées

Que nous dit la finance comportementale?

La finance comportementale nous aide à comprendre comment les décisions financières concernant des éléments tels que les investissements, les paiements, le risque et la dette personnelle sont grandement influencées par les émotions humaines, les préjugés et les limites cognitives de l’esprit dans le traitement et la réponse aux informations.

En quoi la finance comportementale diffère-t-elle de la théorie financière traditionnelle?

La théorie traditionnelle, par contre, fait l’hypothèse dans ses modèles que les gens sont des acteurs rationnels, qu’ils sont libres d’émotion ou des effets de la culture et des relations sociales, et que les gens sont des maximisateurs d’utilité intéressés. Il suppose également, par extension, que les marchés sont efficaces et que les entreprises sont des organisations rationnelles maximisant les profits. La finance comportementale contredit chacune de ces hypothèses.

Comment la connaissance de la finance comportementale aide-t-elle?

En comprenant comment et quand les gens s’écartent des attentes rationnelles, la finance comportementale nous fournit un plan pour nous aider à prendre de meilleures décisions plus rationnelles en matière financière.

La ligne de fond

Les comportementalistes doivent encore proposer un modèle cohérent qui prédit réellement l’avenir plutôt que de simplement expliquer, avec le recul, ce que le marché a fait dans le passé. La grande leçon est que la théorie ne dit pas aux gens comment battre le marché. Au lieu de cela, il nous dit que la psychologie fait diverger pendant longtemps les prix du marché et les valeurs fondamentales.

La finance comportementale n’offre aucun miracle d’investissement pour capitaliser sur cette divergence, mais peut-être qu’elle peut aider les investisseurs à se former à la vigilance de leur comportement et, à leur tour, à éviter les erreurs qui réduiront leur richesse personnelle.