Comment faire face à 10 types de personnalité de collègue

Dans un monde idéal, vous travaillez dans un cadre somptueux et paradisiaque tout en poursuivant vos rêves professionnels de devenir directeur financier (CFO), contrôleur, cadre de banque d’investissement ou partenaire de private equity. Saint Pierre (mieux connu sous le nom de ressources humaines) vous permet de franchir facilement les portes nacrées lors des entretiens et vous permet de chérir votre style de vie professionnel en vivant dans les nuages. Vous êtes constamment nourri de raisins frais et de baies alors que vous vous asseyez sur votre chaise berçante dorée en réfléchissant à l’opportunité de donner le feu vert à des projets de plusieurs millions de dollars.

En réalité, votre lieu de travail est un endroit où les gens peuvent être méchants, difficiles, dysfonctionnels et carrément brutaux – et vous devez toujours les traiter de manière calme et professionnelle. Si cela ressemble à quelque chose dont vous avez affaire – et que cesser de fumer n’est pas une option – nous vous aiderons à surmonter ces 10 dysfonctionnements courants de vos collègues pour vous aider à ramener un petit coin de paradis sur terre.

1. Personnalité arrogante

L’arrogance est le sous-produit de niveaux malsains de fierté et d’ego. Dans des domaines techniques tels que la finance et la comptabilité, il est impératif que les professionnels apprennent en permanence de nouvelles choses et élargissent leur base de connaissances. Les professionnels de la finance doivent également s’entendre avec un large public au sein de l’entreprise, car ils collectent des données et des rapports auprès d’un ensemble diversifié de groupes.

Les signes avant-coureurs de l’arrogance comprennent:

  • La tendance à perdre le temps des gens en pontifiant
  • Recherche de critères autres que la performance commerciale en tant qu’instrument de mesure avec des pairs (tels que la permanence, le pedigree académique et le prestige des titres de carrière)
  • Habituellement rabaisser les gens pour se soutenir artificiellement
  • Un mépris flagrant pour les sentiments des autres, montrant un manque de maturité et d’intelligence émotionnelle
  • Langage grossier, myopie et manque de tact

Si vous êtes arrogant, cela met un blocage mental et psychologique dans votre esprit qui vous empêche d’apprendre de nouvelles données importantes. Après tout, vous pensez déjà tellement à vous-même, pourquoi devriez-vous vous améliorer? Comment savez-vous que vous avez trop d’ego? Votre niveau de confiance doit être proportionnel à la quantité de préparation que vous avez mise en place.

Traiter avec des gens arrogants demande beaucoup de patience et beaucoup de maîtrise de soi. Apprendre à identifier les personnes qui ont ce trait et les éviter autant que possible protégera votre propre réputation, alors qu’affronter la personne arrogante ne peut que vous faire paraître pire.

2. Postures de collègues

Lorsqu’il y a une mauvaise culture d’entreprise du one-up, les collègues essaient constamment de se couper les uns les autres, comme une tondeuse à gazon itinérante coupant des brins d’herbe. Révélez certaines choses dans votre vie personnelle, et cela peut être utilisé contre vous sous forme de remarques mordantes. Engagez-vous dans de petites conversations et vous pourriez être considéré comme le bimbo flou du groupe.

Dans le département des finances, vous verrez beaucoup de personnes qualifiées, et cela seul peut créer une atmosphère inhabituellement compétitive, surtout si le niveau de confiance et de travail d’équipe est faible. Comment savez-vous qu’il y a des niveaux de posture malsains au sein de votre groupe? Le mépris entre collègues, le manque de sincérité entre pairs, les coups de poing constants (comme des gens qui s’attribuent le travail des autres) et les postures mesquines pendant les réunions sont des signes de ce dysfonctionnement commun du bureau.

Les gens exagèrent leurs réalisations, remplissent leur curriculum vitae et prétendent avoir un rythme effréné (lorsqu’ils se déplacent dans le bureau) dans une tentative pathétique de se présenter comme des «étoiles montantes» occupées pour le directeur financier. Vous avez deux choix: vous en sortir ou, tout aussi noblement, vous concentrer sur la sur-livraison. Parce que, comme le dit le dicton: « Efforcez-vous d’être grand, mais souvenez-vous d’être bon. »

En fin de compte, les résultats et la performance des entreprises sont les seules véritables sources de crédibilité.



Le mépris entre collègues, le manque de sincérité entre les pairs, les coups de poing constants (comme les gens qui s’attribuent le travail des autres) et les postures mesquines pendant les réunions sont des signes de dysfonctionnement du bureau.

3. Irritabilité et fusibles courts

Dans le domaine de la finance, il est nécessaire d’échanger constamment des informations opérationnelles, financières et comptables précises, pertinentes et opportunes. Des fusibles inutilement courts réduisent ou empêchent ce flux d’informations. L’irritabilité est un obstacle aux personnes qui font leur travail. Lorsque les gens explosent ou lancent des regards méchants, les collègues et les pairs hésitent rapidement à soulever des questions importantes ou à demander des éclaircissements. Lorsque cela se produit, la qualité des rapports financiers souffre en raison de données incomplètes ou inexactes.

Si quelqu’un vous fait quelque chose de mal (par exemple, vous abat lors d’une réunion ou répand des rumeurs injustes à votre sujet dans le but de torpiller votre carrière), abordez-le d’abord avec cette personne en particulier. Ne vous en prenez pas à tout le monde en s’en prenant aux personnes qui ont besoin d’informations de votre part. Lorsque les principes ne sont pas en jeu, soyez un plaisir de travailler avec.

Enfin, dans certains contextes financiers, il existe une idée fausse très délirante selon laquelle si vous vous projetez comme une créature macho, d’autres vous considéreront comme une personne importante ou une personne de haut calibre. Cependant, sans que ces observateurs ne voient des résultats impressionnants, crédibles et durables de votre part, vous avez simplement l’étiquette «idiot» estampillée en lettres rouges et audacieuses sur votre front.

4. Fausses relations ou motifs cachés

Être authentique est un fondement important d’un leadership efficace. Les gens veulent savoir que vous dites ce que vous voulez dire et que vous pensez ce que vous dites. Finance aura de nombreuses personnes accomplies travaillant sous sa bannière; certains d’entre eux ne seront pas entièrement authentiques.

Un département avec un faible niveau de confiance ressemble à une cour royale remplie de sycophants intrigants, et non à une structure professionnalisée avec un personnel dédié aux finances et à la comptabilité. Dans le monde réel, certaines personnes auront toujours des intentions et des motivations cachées.

Alors que de bonnes amitiés aideront le milieu de travail à être plus agréable, le professionnel avisé devra faire preuve de discernement dans le choix de ses amis. Comme l’a dit George Washington: « Soyez courtois envers tous, mais intime avec quelques-uns, et laissez ces quelques-uns être bien essayés avant de leur donner votre confiance. »

5. Personnalité de la procrastination

La procrastination est un symptôme d’excès de confiance, d’apathie ou de manque de concentration. Les personnes intelligentes qui ont une solide expérience à l’école et à des expériences de travail antérieures peuvent en venir à croire qu’elles peuvent «toujours accélérer les choses» au bon moment et peuvent se permettre de se relâcher ici et là. Cependant, la complaisance réduit votre productivité personnelle et la productivité de votre équipe.

Si vous travaillez dans la finance ou la comptabilité, les gens dépendent de vous pour fournir des informations précises de manière efficace afin de pouvoir traiter leur propre travail. Un seul goulot d’étranglement a la capacité d’arrêter les flux de travail de plusieurs personnes.

Les travailleurs qui sont devenus apathiques dans leur travail ou qui ont perdu leur concentration (c’est-à-dire que leur vie personnelle interfère avec leur capacité à exécuter au travail) ont également tendance à tergiverser. Certains ont trouvé leur travail ennuyeux et la procrastination devient le moyen pour les amateurs de sensations fortes de se précipiter pour tenter de terminer un projet de travail dans des délais très condensés. La qualité du travail est la première victime et le travail du procrastinateur devient rapidement le second.



En finance et en comptabilité, les gens dépendent d’informations précises – et de les obtenir de manière efficace – pour pouvoir traiter leur propre travail; un seul goulot d’étranglement a la capacité d’arrêter les flux de travail de plusieurs personnes.

6. Collègue des dépenses fantaisistes

Les professionnels de la finance et de la comptabilité travaillent avec des chiffres la plupart du temps – des montants élevés qui représentent des liquidités, des titres ou des actifs illiquides sur un bilan. Traiter de l’argent toute la journée fait penser à certains dans ce secteur d’activité qu’ils ont beaucoup d’argent.

La plupart des heures de veille du professionnel sont consacrées à des processus de gauche et à une pensée rationnelle, et de nombreux professionnels de la finance désactivent le passage à la raison, à la logique et à la prudence lorsqu’ils quittent le bureau pour la journée. La nuit, vous voyez leur transformation en loup-garou dépensier, hurlant contre des voitures de sport trop chères (au-dessus de leur salaire), ou pire, contre des «modèles et des bouteilles».

L’atmosphère compétitive dans le domaine de la finance peut se répandre en dehors du travail, où les collègues se font concurrence pour avoir la dernière voiture de sport, des montres chères, des voyages somptueux et des appartements luxuriants. Les professionnels de la finance veulent également conserver une certaine «image de réussite» que leur niveau de rémunération ne peut se permettre, que l’on appelle parfois «boire du champagne avec un budget bière».

Le gaspillage des dépenses des professionnels de la finance ne fait que rendre le lieu de travail encore plus inutilement compétitif; vous avez des salariés à revenu élevé qui sont constamment en faillite, qui se battent pour chaque morceau et miette d’un bonus dans le pool de bonus. Si vous pouvez montrer le contrôle que vous utilisez pour conseiller vos clients, une partie de cette attitude «celui qui meurt avec le plus de jouets gagne» s’éteindra au bureau et votre compte en banque ne fera que croître.

7. Sabotage d’un collègue

Le saboteur du groupe porte la compétitivité à un niveau vraiment dysfonctionnel. Il peut y avoir diverses motivations pour saboter les efforts d’une équipe ou d’un service. Par exemple, le saboteur peut vouloir voir les autres échouer et ainsi augmenter leur position relative (et leur rémunération) au sein du groupe.

Les saboteurs peuvent également faire grève pour protéger leurs propres emplois. Ils nuiront aux documents et aux bases de données afin de créer plus de travail pour eux-mêmes, ce qu’ils espèrent les éviter d’être licenciés ou licenciés. Ou ils peuvent entretenir un mépris secret envers leur patron, leurs pairs ou leur entreprise, car ils peuvent avoir été exclus pour une promotion, des bonus ou un transfert attrayant.

Quelle que soit la raison, les saboteurs ont tendance à être des individus très égoïstes. Vous ne pouvez pas faire grand-chose pour vous protéger de ces saboteurs, sauf pour rester au courant de votre travail et être conscient de ces personnes. Le trait égoïste est repris par les bons gestionnaires, et les saboteurs sont souvent ignorés pour des promotions parce que des pairs plus concentrés se concentrent sur la façon dont ils peuvent continuellement augmenter leurs contributions à l’entreprise. En fin de compte, le saboteur ne fait que se faire du mal.



La base d’une carrière épanouissante et enrichissante est l’opportunité de faire de votre mieux pour servir les autres dans la ligne de travail qui vous convient.

8. Passer au vert avec Envy

La base d’une carrière épanouissante et enrichissante est l’opportunité de faire de votre mieux pour servir les autres dans la ligne de travail qui vous convient. Cela se trouve souvent dans une profession que vous aimez.

En finance et en comptabilité, il y a une tendance à convoiter le poste d’une autre personne simplement en raison du titre, du salaire ou de la responsabilité supplémentaire. Souvent, la personne qui convoite le rôle n’a qu’une compréhension minimale du fardeau ou des compétences considérablement plus importants nécessaires pour exécuter correctement les tâches du rôle convoité. Celui qui convoite a tendance à ne regarder que les avantages, comme un salaire plus élevé.

Cependant, les professionnels qui trouvent épanouissement dans leur métier s’approprient leur carrière et sont des joueurs d’équipe. Ils savent qu’aucune personne ne peut diriger un département ou une organisation entière. Les professionnels qui convoitent le poste ou le titre de quelqu’un d’autre sont plus susceptibles d’être malheureux au travail.

Si vous travaillez avec un monstre aux yeux verts, ne vous inquiétez pas. Il existe de nombreuses façons d’encourager cette personne déprimée en faisant l’éloge ou en complimentant son travail, ses responsabilités et son poste actuels. Si vous êtes cette personne, prenez un moment pour profiter du fait que vous avez moins de responsabilités et que vous êtes donc libre de profiter de vos week-ends sans apporter le stress du travail à la maison.

9. Hauts niveaux de cynisme

Les professionnels de la finance et de la comptabilité doivent faire preuve d’un bon niveau de «scepticisme professionnel» dans leur métier. Les chiffres avec lesquels ces professionnels traitent chaque jour peuvent être inexacts, incomplets ou non pertinents. La tendance à remettre en question les points de données peut être une aubaine pour la description de poste, mais peut prendre l’habitude de tout remettre en question inutilement.

Des niveaux malsains de cynisme peuvent amener les autres à être éteints pendant les interactions sociales, par peur du flux de négativité qui sort de la bouche du cynique. D’autres développeront une barrière mentale et psychologique avec le cynique, empêchant une communication efficace sur le lieu de travail.

10. Habitudes de santé du tueur

Le travail du professionnel de la finance occupé est de réussir à jongler avec les engagements à court et à long terme. Avec un emploi du temps chargé, il est facile de tomber dans le piège d’avoir des habitudes malsaines telles que l’absence d’exercice, le manque de sommeil et une mauvaise alimentation. Des priorités pressantes amènent de nombreux professionnels à «hypothéquer» leur santé future et à devenir complaisants dans ce domaine important. Et une fois qu’un collègue commence à glisser sur cette pente glissante, les autres peuvent emboîter le pas.

Toute personne qui encourage un mode de vie malsain (à la fois au travail et pendant son temps libre) reflétera bientôt les résultats de ces choix malsains. Une mauvaise santé, une mauvaise attitude et un manque d’attention ne sont que quelques-uns des effets de vivre avec des habitudes de santé meurtrières. Maintenir une bonne routine de remise en forme, une alimentation saine et une quantité suffisante de sommeil sont absolument essentiels pour une réussite à long terme et une bonne qualité de vie.

La ligne de fond

La bonne nouvelle est que bien qu’il puisse y avoir de nombreux collègues dysfonctionnels sur votre lieu de travail ou, pire encore, que vous ayez identifié quelques-uns de ces maux dans votre propre personnalité de lieu de travail, nous possédons tous le libre arbitre. Vous pouvez donc choisir de vous retirer de votre situation de travail ou de rester et de devenir un leader en donnant le bon exemple aux autres.

Ce dernier est probablement le meilleur choix, bien que le plus difficile. De petits pas dans ce domaine se traduisent par des pas de géant vers des environnements de travail plus sains.