Le risque d’investissement lié aux régimes de retraite sous-capitalisés

Il y a un grand débat sur le risque d’ investissement, le cas échéant, que posent les pensions sous-capitalisées. Une comptabilité trouble et une divulgation limitée font qu’il est difficile pour les investisseurs d’évaluer ce risque. Voici les problèmes liés au risque de retraite et la manière dont les investisseurs devraient les aborder.

Points clés à retenir

  • Seuls les régimes de retraite à prestations définies peuvent être exposés au risque de sous-capitalisation car un salarié, et non l’employeur, supporte le risque d’investissement dans des régimes à cotisations définies.
  • Le sous-financement signifie que les engagements de paiement des retraites dépassent les actifs dont une entreprise dispose pour couvrir ces paiements; l’entreprise doit augmenter sa contribution à son portefeuille de retraite – généralement sous forme d’espèces.
  • Il peut être difficile de déterminer s’il y a sous-capitalisation parce que les engagements de retraite concernent des paiements futurs et que les entreprises peuvent faire des hypothèses trop optimistes sur les taux de rendement à long terme des investissements.

Risque de retraite défini

Du point de vue de l’investisseur, le risque de retraite est le risque pour le bénéfice par action (BPA) d’une entreprise et une situation financière qui découle d’un régime de retraite à prestations définies sous -capitalisé. Veuillez noter que le risque de retraite survient uniquement avec les régimes à prestations définies.

Un régime de retraite à prestations déterminées promet de verser une prestation spécifique (définie) aux employés retraités. Pour respecter cette obligation, l’entreprise doit investir judicieusement afin de disposer des fonds nécessaires pour payer les avantages promis. L’entreprise supporte le risque d’investissement car elle promet de verser aux employés une prestation fixe et doit compenser les pertes d’investissement éventuelles.

Plans à cotisations définies

En revanche, dans un régime à cotisations définies, qui peut parfois être unrégime d’ intéressement, les salariés supportent le risque d’investissement.  L’entreprise verse un montant spécifique sur les comptes de retraite des salariés au lieu de verser des prestations fixes directement aux retraités. Par conséquent, tous les gains ou pertes de ces placements de retraite appartiennent aux employés.

Bien que le nombre de régimes à prestations déterminées ait diminué, ils existent toujours et les entreprises syndiquées courent le plus grand risque.

L’évaluation du risque commence par savoir dans quelle mesure le passif de retraite de l’entreprise est financé.«Sous-capitalisé» signifie que le passif – les obligations de payer les pensions – excède les actifs (le portefeuille de placements) qui se sont accumulés pour financer les paiements requis. Ces actifs sont une combinaison des contributions des entreprises investies et des rendements de ces investissements.

En vertu de l’actuel Internal Revenue Service (IRS) et des règles comptables, les pensions peuvent être financées par des contributions en espèces et des actions de la société, mais le montant des actions pouvant être apportées est limité à un pourcentage du portefeuille total. Les entreprises contribuent généralement autant d’actions qu’elles le peuvent pour minimiser leurs contributions en espèces. Cependant, ce n’est pas une bonne gestion de portefeuille, car il en résulte un fonds qui est «surinvesti» dans l’employeur. Le portefeuille est trop dépendant de la santé financière de l’employeur tant pour les cotisations futures que pour les bons rendements des actions de l’employeur.

Si, pendant trois années consécutives, la valeur de l’actif de la pension est financée à moins de 90% – ou si, au cours d’une année, l’actif est financé à moins de 80% – l’entreprise doit augmenter sa contribution au portefeuille de retraite, qui prend généralement la forme de en espèces. La nécessité d’effectuer ce paiement en espèces pourrait réduire considérablement le BPA et les capitaux propres. La réduction des capitaux propres pourrait entraîner des défaillances au titre des accords de prêt aux entreprises, qui ont généralement des conséquences graves, allant de la hausse des taux d’intérêt à la faillite.

C’était la partie la plus simple. Maintenant, ça commence à se compliquer.

Risque de manque à gagner

Déterminer si une entreprise a un régime de retraite sous-capitalisé semble être aussi simple que de comparer la juste valeur des actifs du régime – qui comprend la valeur actuelle des actifs du régime que l’entreprise estime avoir à l’avenir – à l’obligation au titre des prestations accumulées, qui comprend les montants actuels et futurs dus aux pensionnés.

Si la juste valeur des actifs du régime est inférieure à l’obligation au titre des prestations, il y a un déficit de pension. La société est tenue de divulguer ces informations dans une note de bas de page dansles états financiers annuels 10-K de la société.6

Cependant, cette simple comparaison est un processus trompeur car il est peu probable que l’entreprise doive réellement payer le montant total dans un laps de temps relativement court. Une entreprise doit attribuer une valeur actuelle aux prestations qui ne seront versées que plusieurs années dans le futur, puis comparer ce nombre à la valeur actuelle des actifs de retraite.

Pour le dire autrement, c’est comme comparer l’hypothèque de votre maison récemment achetée à votre compte d’épargne. L’écart est actuellement très important, mais vous prévoyez d’effectuer les paiements à partir des revenus futurs. Il serait difficile d’évaluer le risque «réel» de défaut de paiement de votre prêt hypothécaire en faisant une telle comparaison.



Les entreprises syndiquées courent le plus grand risque de sous-capitalisation des régimes de retraite des employés.

Risque d’hypothèse

Le risque d’hypothèse survient lorsque les entreprises utilisent des hypothèses pour réduire la nécessité d’ajouter des liquidités à leurs fonds de pension.Étant donné que nous sommes aux prises avec des obligations et des incertitudes à long terme, des hypothèses sont nécessaires pour estimer à la fois les avantages accumulés et le montant que la société doit investir pour fournir ces avantages. Ces hypothèses peuvent être faites de bonne foi, ou elles peuvent être utilisées pour minimiser tout impact défavorable sur les bénéfices de l’entreprise. Il existe un risque très réel que les entreprises ajustent leurs hypothèses pour minimiser le manque à gagner et la nécessité de verser des sommes supplémentaires au fonds de pension.

Une entreprise pourrait, par exemple, supposer un taux de rendement à long terme de 9,5%, ce qui augmenterait la contribution attendue des investissements et réduirait ainsi le besoin d’ajouter des liquidités. Cette hypothèse semble toutefois trop optimiste si l’on considère que le rendement à long terme des actions est d’environ 7% et le rendement des obligations est encore plus faible. Il est également raisonnable de supposer que la caisse de retraite détiendrait des obligations pour s’acquitter de ses obligations de paiement à court terme.

Une autre façon pour les entreprises de manipuler le passif des régimes de retraite consiste à assumer un taux d’actualisation plus élevé. L’obligation de retraite accumulée est la valeur actuelle nette (VAN) du flux futur des paiements de prestations attendus. Un taux d’actualisation plus élevé entraînera une réduction de l’obligation au titre des prestations. Les investisseurs doivent examiner les hypothèses d’une entreprise, par rapport aux tendances et attentes économiques actuelles, pour évaluer leur caractère raisonnable.

En bout de ligne

Le risque de sous-capitalisation des retraites est réel et croissant. Une pension sous-financée et une main-d’œuvre vieillissante présentent un risque très réel pour les entreprises et les investisseurs, mais les risques de déficit et de prise en charge peuvent être très difficiles à évaluer.