18 avril 2021 14:42

Chômage

Qu’est-ce que le chômage?

Le chômage survient lorsqu’une personne quirecherche activementun emploi est incapable de trouver du travail. Le chômage est souvent utilisé comme une mesure de la santé de l’économie. La mesure du chômage la plus fréquente est le taux de chômage, qui est le nombre de chômeurs divisé par le nombre de personnes dans la population active.

Points clés à retenir

  • Le chômage survient lorsque les travailleurs qui veulent travailler sont incapables de trouver un emploi, ce qui réduit la production économique; cependant, ils ont encore besoin de subsistance.
  • Des taux de chômage élevés sont un signe de détresse économique, mais des taux de chômage extrêmement bas peuvent indiquer une économie surchauffée.
  • Le chômage peut être classé comme frictionnel, cyclique, structurel ou institutionnel.
  • Les données sur le chômage sont collectées et publiées par les agences gouvernementales de diverses manières.

Comprendre le chômage

Le chômage est un indicateur économique clé car il indique la capacité (ou l’incapacité) des travailleurs à obtenir facilement un travail rémunéré pour contribuer à la production productive de l’économie. Un plus grand nombre de chômeurs signifie moins de production économique totale que ce qui aurait pu être autrement. Et contrairement au capital inactif, les chômeurs doivent encore maintenir au moins une consommation de subsistance pendant leur période de chômage. Cela signifie qu’une économie avec un taux de chômage élevé a une production plus faible sans diminution proportionnelle des besoins de consommation de base. Un chômage élevé et persistant peut signaler une grave détresse dans une économie et même conduire à des bouleversements sociaux et politiques.

À l’inverse, un faible taux de chômage signifie que l’économie est plus susceptible de produire près de sa pleine capacité, de maximiser la production, de stimuler la croissance des salaires et d’élever le niveau de vie au fil du temps. Cependant, un chômage extrêmement bas peut également être un signe d’avertissement d’une économie surchauffée, de pressions inflationnistes et de conditions difficiles pour les entreprises qui ont besoin de main-d’œuvre supplémentaire.

Si la définition du chômage est claire, les économistes divisent le chômage en de nombreuses catégories différentes. Les deux catégories de chômage les plus larges sont le chômage volontaire et involontaire. Lorsque le chômage est volontaire, cela signifie qu’une personne a quitté son emploi volontairement à la recherche d’un autre emploi. Lorsqu’elle est involontaire, cela signifie qu’une personne a été congédiée ou mise à pied et doit maintenant chercher un autre emploi. La pandémie de coronavirus affectant les États-Unis et le monde en 2020, par exemple, provoque des niveaux massifs de chômage involontaire.

Types de chômage

En creusant plus profondément, le chômage – volontaire et involontaire – peut être divisé en quatre types.

Chômage frictionnel

Le chômage frictionnel résulte du fait que les gens changent volontairement d’emploi au sein d’une économie. Après qu’une personne quitte une entreprise, il faut naturellement du temps pour trouver un autre emploi. De même, les diplômés qui viennent d’entrer sur le marché du travail aggravent le chômage frictionnel. Habituellement, ce type de chômage est de courte durée. C’est aussi le moins problématique d’un point de vue économique. Le chômage frictionnel est le résultat naturel du fait que les processus de marché prennent du temps et que l’information peut être coûteuse. La recherche d’un nouvel emploi, le recrutement de nouveaux travailleurs et l’appariement des bons travailleurs aux bons emplois demandent du temps et des efforts, ce qui entraîne un chômage de friction.

Chômage cyclique

Le chômage cyclique est la variation du nombre de chômeurs au cours des reprises et des ralentissements économiques, tels que ceux liés aux récession et diminue pendant les périodes de croissance économique. La prévention et l’atténuation du chômage cyclique pendant les récessions sont l’une des principales raisons de l’étude de l’économie et le but des divers outils politiques que les gouvernements utilisent à la baisse des cycles économiques pour stimuler l’économie.

Le chômage structurel

Le chômage structurel résulte d’un changement technologique dans la structure de l’économie dans laquelle fonctionnent les marchés du travail. Les changements technologiques – tels que le remplacement du transport tiré par des chevaux par des automobiles ou l’automatisation de la fabrication – conduisent au chômage parmi les travailleurs déplacés d’emplois qui ne sont plus nécessaires. Le recyclage de ces travailleurs peut être difficile, coûteux et prendre du temps, et les travailleurs déplacés se retrouvent souvent au chômage pendant de longues périodes ou quittent complètement la population active.

Chômage institutionnel

Le chômage institutionnel est le chômage qui résulte de facteurs institutionnels et d’incitations à long terme ou permanents dans l’économie. Politiques gouvernementales, telles que des planchers de salaire minimum élevés, des programmes d’avantages sociaux généreux et des lois restrictives sur les licences professionnelles; les phénomènes du marché du travail, tels que les salaires d’efficience et l’embauche discriminatoire; et les institutions du marché du travail, telles que les taux élevés de syndicalisation, peuvent toutes contribuer au chômage institutionnel.

Comment mesurer le chômage

Aux États-Unis, le gouvernement utilise des enquêtes, des recensements et le nombre dedemandes d’ assurance-chômage  pour suivre le chômage.

Le recensement américain mène une enquête mensuelle pour le compte du Bureau of Labor Statistics (BLS) appelée Current Population Survey (CPS) afin de produire l’estimation primaire du taux de chômage du pays. Cette enquête est réalisée tous les mois depuis 1940. L’échantillon se compose d’environ 60 000 ménages éligibles, soit environ 110 000 personnes chaque mois. L’enquête change un quart des ménages chaque mois de l’échantillon de sorte qu’aucun ménage n’est représenté pendant plus de quatre mois consécutifs afin de renforcer la fiabilité des estimations.

De nombreuses variations du taux de chômage existent avec des définitions différentes concernant qui est un «chômeur» et qui fait partie de la «population active». Le BLS cite généralement le taux de chômage «U-3» – défini comme le nombre total de chômeurs en pourcentage de la population active civile – comme le taux de chômage officiel. Cependant, cette définition du chômage n’inclut pas les chômeurs découragés par un marché du travail difficile et qui ne cherchent plus de travail. Les autres catégories de chômage comprennent les travailleurs découragés et les travailleurs à temps partiel ou sous-employés qui veulent travailler à plein temps mais, pour des raisons économiques, ne peuvent pas le faire.1

Histoire du chômage

Le gouvernement américain a suivi le chômage depuis les années 1940, mais le taux le plus élevé à ce jour s’est produit en 1933, pendant la Grande Dépression, lorsque le chômage est passé à 24,9%. Le taux de chômage entre 1931 et 1940 est resté au-dessus de 14%, mais a ensuite chuté à un seul chiffre et y est resté jusqu’en 1982, date à laquelle il a grimpé au-dessus de 10%. Pendant la Grande Récession, le chômage est de nouveau passé à 10% en 2009. Reste à voir quel effet la pandémie de coronavirus de 2020 aura sur le chômage. En mars, la Federal Reserve Bank of St. Louis a projeté que les pertes d’emplois pourraient pousser le taux de chômage à 32,1%, soit plus de sept points de plus que le sommet atteint pendant la Grande Dépression.

Questions fréquemment posées

Quelles sont les causes du chômage?

Il y a plusieurs raisons au chômage. Karl Marx a d’abord identifié le chômage comme un symptôme Internet du système capitaliste, arguant que les propriétaires d’entreprises avaient besoin d’un grand nombre de chômeurs (une «armée de réserve de main-d’œuvre») pour travailler avidement pour de maigres salaires à tout moment.

Quels sont les différents types de chômage?

Les économistes d’aujourd’hui soulignent deux types principaux de chômage: frictionnel et structurel. Le chômage frictionnel est le résultat de transitions d’emploi volontaires au sein d’une économie. Le chômage frictionnel se produit naturellement, même dans une économie en croissance et stable, à mesure que les travailleurs changent d’emploi. Ce type de chômage est souvent temporaire et peut être cyclique.

Le chômage structurel peut produire des perturbations permanentes dues à des changements fondamentaux et permanents qui se produisent dans la structure de l’économie qui marginalise un groupe de travailleurs. Le chômage structurel peut être causé par des changements technologiques, un manque de compétences pertinentes ou des emplois transférés à l’étranger dans un autre pays.

Que peut-on faire pour atténuer le chômage?

Les niveaux élevés de chômage frictionnel ou cyclique peuvent être corrigés par des mesures de relance budgétaire ou monétaire qui encouragent les employeurs à embaucher plus de travailleurs et encouragent la croissance. Le chômage structurel, cependant, exige des solutions à plus long terme que la simple augmentation du montant des liquidités dans une économie, comme la formation professionnelle et l’éducation ou des mesures de protection sociale accrues pour fournir un filet de sécurité sociale.

 

Adblock
detector