18 avril 2021 7:54

Enfermé dans

Qu’est-ce qui est verrouillé?

L’expression «enfermé» décrit une situation dans laquelle un investisseur ne veut pas ou ne peut pas négocier un titre en raison des réglementations, des taxes ou des pénalités qui y sont associées. Cela peut se produire dans un véhicule d’investissement, tel qu’un régime de retraite, auquel un employé ne peut pas accéder avant une date de retraite spécifiée.

Points clés à retenir

  • Un investisseur est «enfermé» lorsqu’il ne veut pas ou ne peut pas négocier un titre en raison de réglementations, de taxes ou de pénalités qui l’empêchent d’être rentable ou le rendent illégal.
  • Les actions, options et bons de souscription offerts dans le cadre des programmes d’incitation des employés, qui s’accompagnent généralement d’une période d’acquisition obligatoire, peuvent tous devenir immobilisés.
  • Les actions émises lors des offres publiques initiales sont souvent bloquées par des règles qui visent à empêcher les initiés de l’entreprise d’obtenir un avantage commercial déloyal.

Comprendre le verrouillage

En cas d’augmentation de la valeur des actions détenues par un particulier, l’actionnaire sera assujetti à un impôt sur les plus-values, à quelques exceptions près. Pour réduire le fardeau fiscal, un investisseur pourrait mettre ces gains à l’abri dans un compte de retraite. Le particulier est considéré comme immobilisé parce que si une partie de ce placement est retirée avant l’échéance, le propriétaire sera imposé à un taux plus élevé que s’il avait attendu.

Mode d’émission des titres immobilisés

Les titres immobilisés peuvent décrire des actions, des options et des bons de souscription offerts aux employés dans le cadre de programmes d’incitation favorisant la fidélité de l’entreprise et encourageant de solides performances. Bon nombre de ces programmes sont des périodes d’acquisition obligatoires au cours desquelles l’employé a obtenu les titres mais ne peut pas encore les exercer (c’est-à-dire convertis en espèces ou en actions).

En règle générale, ces actions ou bons de souscription doivent être détenus pendant plusieurs années avant de pouvoir être exercés. Il peut y avoir des phases de la période d’immobilisation lorsque, à des intervalles déterminés, les actions changent de propriété ou de statut fiscal.

Même après que les options ou les bons de souscription ont été convertis en actions et attribués à un employé, il peut y avoir une autre période de détention avant qu’elle puisse vendre ces actions. Dans de tels cas, les employés reçoivent généralement les options au prix du marché au moment où elles ont été octroyées, ce qui peut représenter une forte décote par rapport au prix du marché lorsqu’elles sont exercées. Selon le moment où le stock est vendu, le produit peut être imposé à un taux inférieur à celui initialement imposé.

Raisons des actions bloquées

Lorsqu’une société lance une offre publique initiale ou une première émission de ses actions au grand public, il peut y avoir des stipulations de blocage sur les actions détenues par les fondateurs, les promoteurs et d’autres premiers bailleurs de fonds de la société. Il s’agit d’interdire à ces personnes, en tant qu’initiés de l’ entreprise, de vendre ou de transférer des actions pendant la période d’introduction en bourse, alors qu’elles pourraient avoir des informations d’entreprise avantageuses que les investisseurs extérieurs n’ont pas. Cette période pourrait durer 90 jours, voire plusieurs années après l’introduction en bourse. Une période de blocage atténue la possibilité d’une telle manipulation en restreignant les transactions d’initiés.

Les dirigeants et les cadres supérieurs peuvent également être rémunérés par des actions immobilisées qui ne sont pas libérées pendant un certain temps après leur attribution initiale, afin d’encourager une performance supérieure.

 

Adblock
detector