Titres adossés à des actifs de prêts étudiants: sûrs ou subprime?

Table des matières

Développer

  • Titrisation de prêts étudiants
  • Mesures d’emprunt de prêt étudiant
  • Prêts privés
  • Prêts entre pairs (P2P)
  • Prêts publics
  • Attirer les investisseurs
  • La ligne de fond

Dans une économie mondiale où la liquidité est de plus en plus importante, la titrisation – le reconditionnement des actifs en instruments financiers négociables – s’est glissée dans tous les marchés. Bien que cela affecte les marchés des prêts hypothécaires, du crédit et des prêts automobiles, un espace moins connu qui a été transformé par la titrisation est le marché des prêts étudiants. Mais à quel point ce marché est-il sûr pour les investisseurs?

Points clés à retenir

  • Les prêts étudiants représentent plus de 1,5 billion de dollars d’encours de dette aux États-Unis auprès de plus de 44 millions d’emprunteurs.
  • Les prêts étudiants sont titrisés en tant que titres adossés à des actifs connus sous le nom de SLABS.
  • Les SLABS ont attiré les investisseurs en raison de certaines garanties structurelles, mais à mesure que l’endettement des étudiants augmente, ils peuvent devenir plus risqués qu’on ne le pensait initialement.

Titrisation de prêts étudiants

À eux seuls, les États-Unis ont environ 1,52 billion de dollars de dettes étudiantes en cours, provenant de 44 millions d’emprunteurs. Les titres adossés à des actifs de prêt étudiant (SLABS) sont exactement ce à quoi ils ressemblent, des titres basés sur des prêts étudiants en cours. Ces prêts sont conditionnés dans des titres que les investisseurs peuvent acheter, qui fournissent des paiements de coupon planifiés un peu comme une obligation ordinaire.

L’objectif principal de SLABS est de diversifier le risque pour les prêteurs parmi de nombreux investisseurs. En regroupant puis en regroupant les prêts en titres et en les vendant aux investisseurs, les agences peuvent répartir le risque de défaut, ce qui leur permet d’accorder plus de prêts et des prêts plus importants. De cette façon, davantage d’étudiants ont accès aux prêts, les investisseurs disposent d’un instrument d’investissement diversifié et les prêteurs peuvent générer des flux de trésorerie constants grâce à leurs services de titrisation et de recouvrement de créances.

37 172 $

Le solde moyen des prêts étudiants aux États-Unis

Mesures d’emprunt de prêt étudiant

Comme vous pouvez le voir dans les tableaux suivants, le nombre d’emprunteurs de prêts étudiants et le solde moyen par emprunteur augmentent chaque année.

En raison des similitudes inhérentes entre le marché des prêts étudiants et le marché des prêts hypothécaires à risque, il y a une crainte généralisée que le secteur des prêts étudiants soit la prochaine implosion du marché à déclencher une crise financière. Des preuves ont montré que même dans la reprise économique actuelle, la majorité des nouveaux diplômés collégiaux n’ont pas été en mesure de trouver des emplois leur permettant de rembourser leurs prêts étudiants. Le résultat est un taux de défaut qui augmente depuis 2003. Cependant, contrairement aux prêts hypothécaires, les prêts étudiants ne sont pas garantis, ce qui signifie que les investisseurs n’obtiennent rien en cas de défaut. Ainsi, dans le cas d’un étudiant en défaut de paiement, les prêteurs sont encore plus perdus qu’ils ne le seraient sur le marché des titres adossés à des hypothèques.

Prêts privés

Sallie Mae ou SLM Corp., une ancienne entreprise publique, est le principal prêteur privé pour les prêts étudiants. Sallie Mae accorde des prêts qui ne sont pas garantis par le gouvernement et les conditionne en titres, qui sont vendus par tranches (ou segments) aux investisseurs. Depuis la récession et la prise de conscience que les titres adossés à des actifs étaient les principaux catalyseurs du krach, Sallie Mae a resserré ses contraintes de prêt. Néanmoins, il dessert toujours plus de trois millions d’emprunteurs.

Ces dernières années, les banques de Wall Street ont cessé de titriser des prêts parce que les subventions fédérales ont été éliminées. Une autre raison est que les taux d’intérêt sont si bas maintenant que les prêts étudiants ne sont pas aussi rentables. Le programme fédéral de prêts à l’éducation familiale (FFELP), qui a pris fin en 2010, était une plate-forme parrainée par le gouvernement qui subventionnait et réassurait les prêts, garantissant essentiellement que ces prêts seraient remboursés. Comme vous pouvez l’imaginer, l’expiration du programme fédéral de prêts à l’éducation familiale a conduit à moins d’enthousiasme de la part des prêteurs et des investisseurs.

Prêts entre pairs (P2P)

La plupart des avantages énumérés ci-dessus n’étant plus en place, les banques ont rapidement été remplacées par des prêteurs peer-to-peer tels que CommonBond. En conséquence, les prêts privés ont augmenté progressivement pour atteindre 7,5% du marché total des prêts étudiants. Ces sociétés permettent aux emprunteurs de contracter des crédits sans avoir besoin d’une institution bancaire officielle pour faire le financement. Cette méthode demande également plus de temps, d’efforts et de risques, mais constitue une grande aubaine pour les personnes qui ne peuvent pas obtenir de crédit ailleurs. En règle générale, ces prêteurs accordent un crédit à ceux qui ont des cotes de crédit inférieures, mais cela a généralement un prix. Les prêts peuvent être assortis de taux d’intérêt extrêmement élevés, ce qui peut exercer une pression sur l’emprunteur au moment de rembourser.

Dans le cas de SoFi, cependant, il prend en compte le crédit et les revenus lors de l’approbation d’un prêt. Les personnes ayant une cote de crédit et des antécédents plus élevés sont généralement celles qui sont approuvées, ce qui signifie que le taux de défaut est plus bas. Le taux de défaut de SoFi à partir de 2017 n’était que de 3%. C’est assez bon lorsque vous comparez ce chiffre aux dernières statistiques nationales dans l’ensemble – un taux de défaut de 10,7% sur les paiements en souffrance depuis 90 jours ou plus, selon les données de la Réserve fédérale au premier trimestre de 2018.

Prêts publics

L’un des principaux avantages des prêts garantis par le gouvernement par rapport aux prêteurs privés est que son coût d’emprunt est beaucoup plus bas car, après tout, il fait partie du gouvernement fédéral. Ainsi, les étudiants contractent généralement autant que possible des emprunts publics avant de se tourner vers des prêteurs privés. D’un autre côté, comme les prêts publics ont généralement des taux d’intérêt plus bas et les prêts privés des taux d’intérêt plus élevés, les emprunteurs accordent généralement la priorité au remboursement des prêts privés. Une autre grande différence entre les prêts fédéraux et les prêts privés est que les prêts fédéraux ont tous des taux fixes, tandis que les prêts privés ont généralement des taux qui varient d’un emprunteur à l’autre en fonction de son crédit. De plus, les prêts publics comme les prêts Stafford  ne commencent à accumuler des intérêts que six mois après l’obtention du diplôme.

Contrairement aux prêteurs privés, le gouvernement fédéral ne vérifie pas les dossiers de crédit des emprunteurs étudiants. Cela conduit de nombreux emprunteurs qui ne sont pas dignes de crédit à se qualifier pour des prêts, puis à être endettés indéfiniment avec peu d’espoir de les rembourser. Cela nous ramène aux prêts immobiliers à risque qui ont gonflé la bulle immobilière. Les investisseurs doivent se méfier de la durée pendant laquelle ces stratégies agressives de prêts étudiants peuvent durer.



Étant donné que les prêts étudiants garantis par le gouvernement fédéral sont adossés et qualifient les emprunteurs plus risqués, ils peuvent favoriser l’aléa moral ou une prise de risque excessive de la part des institutions financières de SLABS ainsi que des emprunteurs étudiants individuels.

Attirer les investisseurs

Les investisseurs sont attirés par le potentiel de croissance apparemment infini du marché de l’éducation. À mesure que les étudiants terminent leurs études secondaires, ils essaient de s’inscrire à l’université dans le but d’obtenir un avantage sur le marché du travail. Après avoir obtenu leur diplôme, ceux qui ne trouvent pas d’emploi retournent à l’école pour obtenir encore plus de diplômes. À chaque étape du processus, des millions d’étudiants contractent des emprunts pour payer des frais universitaires exorbitants et qui montent en flèche. Ce n’est un secret pour personne qu’avec ce pouvoir de fixation des prix, les universités ont continué d’augmenter les frais de scolarité et les frais d’année en année, dépassant de façon exponentielle l’inflation.

La situation est devenue endémique partout aux États-Unis. Le gouvernement a tenté d’y remédier, mais n’a pas fait beaucoup de progrès. L’administration Obama a fait campagne pour que le gouvernement couvre le coût moyen des collèges communautaires et fixe une limite à la proportion de revenus discrétionnaires pouvant être utilisée pour rembourser les prêts. Cela faisait également partie du dialogue lors de la campagne présidentielle de 2016. Les deux candidats démocrates Hillary Clinton et Bernie Sanders ont fait de l’université une partie abordable et gratuite de leurs campagnes. Leurs plates-formes se concentraient également sur l’annulation des prêts étudiants.

Avec des taux d’intérêt oscillant pendant plusieurs années à 0 et juste au-dessus, et le marché boursier atteignant des sommets sans précédent, les investisseurs avides de rendement évitent les titres traditionnels et recherchent des opportunités d’investissement alternatives. Les titres adossés à des actifs de prêts étudiants constituent une stratégie d’investissement risquée pour ceux qui parient sur la croissance continue des frais de scolarité et la stabilité de la demande sur le marché de l’enseignement secondaire.

La ligne de fond

Compte tenu du montant d’argent qui y est actuellement investi, les titres adossés à des actifs de prêts étudiants sont restés hors des feux de la rampe pour les investisseurs de détail et n’ont pas attiré leur juste part d’attention. Alors que des vagues d’étudiants s’endettent, toute l’économie américaine a ressenti les répercussions. Les jeunes reportent les premiers mariages, louent au lieu d’acheter des voitures, louent au lieu d’acheter des maisons et plongent dans l’économie du partage pour réduire les coûts ou gagner plus d’argent.

La titrisation des prêts étudiants se traduit par des liquidités pour les prêteurs, un meilleur accès pour les emprunteurs et un instrument financier supplémentaire pour les investisseurs. Dans cette optique, les titres adossés à des actifs de prêts étudiants semblent être un atout précieux pour l’économie. Cependant, la question de savoir si ce secteur peut se maintenir dépendra du fait qu’un nombre suffisant d’emprunteurs pourra éventuellement payer leurs dettes, et cela semble être une mince perspective.