Flux de trésorerie d’exploitation (OCF)

Qu’est-ce que le cash-flow opérationnel (OCF)?

Le flux de trésorerie d’exploitation (OCF) est une mesure du montant de trésorerie généré par les activités commerciales normales d’une entreprise. Les flux de trésorerie d’exploitation indiquent si une entreprise peut générer des flux de trésorerie positifs suffisants pour maintenir et développer ses activités, sinon, elle peut avoir besoin d’un financement externe pour augmenter son capital.

Points clés à retenir

  • Le flux de trésorerie d’exploitation est une référence importante pour déterminer le succès financier des activités commerciales principales d’une entreprise.
  • Le flux de trésorerie d’exploitation est la première section représentée sur un tableau des flux de trésorerie, qui comprend également la trésorerie provenant des activités d’investissement et de financement.
  • Il existe deux méthodes pour représenter les flux de trésorerie opérationnels sur un tableau des flux de trésorerie: la méthode indirecte et la méthode directe.
  • La méthode indirecte commence par le bénéfice net du compte de résultat, puis ajoute les éléments hors caisse pour arriver à un chiffre de caisse.
  • La méthode directe suit toutes les transactions d’une période sur la base de la comptabilité de caisse et utilise les entrées et sorties de trésorerie réelles dans le tableau des flux de trésorerie.

Comprendre les flux de trésorerie d’exploitation (OCF)

Les flux de trésorerie liés à l’exploitation représentent l’incidence sur la trésorerie du bénéfice net (NI) d’une entreprise provenant de ses activités commerciales principales. Le flux de trésorerie opérationnel, également appelé flux de trésorerie lié aux activités opérationnelles, est la première section présentée dans le tableau des flux de trésorerie.

Deux méthodes de présentation de la section des flux de trésorerie d’exploitation sont acceptables selon les principes comptables généralement reconnus (PCGR) – la méthode indirecte ou la méthode directe. Cependant, si la méthode directe est utilisée, l’entreprise doit toujours effectuer un rapprochement séparé de la même manière que la méthode indirecte.1

En utilisant la méthode indirecte, le bénéfice net est ajusté selon la méthode de la comptabilité de caisse en utilisant les variations des comptes hors caisse, tels que l’amortissement, les débiteurs et les créditeurs (AP). Étant donné que la plupart des entreprises déclarent leur bénéfice net selon la méthode de la comptabilité d’exercice, il comprend divers éléments non monétaires, tels que la dépréciation et l’amortissement.

Le résultat net doit également être ajusté pour tenir compte des variations des comptes de fonds de roulement du bilan de l’entreprise. Par exemple, une augmentation du RA indique que les revenus ont été gagnés et déclarés dans le bénéfice net selon la méthode de la comptabilité d’exercice, bien qu’aucune trésorerie n’ait été reçue. Cette augmentation du RA doit être soustraite du bénéfice net pour déterminer le véritable impact en espèces des transactions.

À l’inverse, une augmentation du PA indique que des dépenses ont été engagées et comptabilisées selon la méthode de la comptabilité d’exercice qui n’ont pas encore été payées. Cette augmentation de l’AP devrait être rajoutée au bénéfice net pour trouver le véritable impact sur la trésorerie.

Les flux de trésorerie d’exploitation se concentrent sur les entrées et les sorties de trésorerie liées aux principales activités commerciales d’une entreprise, telles que la vente et l’achat de stocks, la fourniture de services et le paiement des salaires. Toutes les opérations d’investissement et de financement sont exclues de la section des flux de trésorerie d’exploitation et déclarées séparément, comme les emprunts, l’achat de biens d’équipement et le versement de dividendes. Les flux de trésorerie liés à l’exploitation peuvent être trouvés dans l’état des flux de trésorerie d’une entreprise, qui se décompose en flux de trésorerie liés aux opérations, aux investissements et au financement.

Méthodes de présentation des flux de trésorerie d’exploitation

Méthode indirecte

La première option pour présenter les flux de trésorerie est la méthode indirecte, où la société commence avec le bénéfice net sur une base de comptabilité d’exercice et travaille en arrière pour obtenir un chiffre de caisse pour la période. Selon la méthode de la comptabilité d’exercice, les produits sont constatés lorsqu’ils sont gagnés, pas nécessairement lorsque des espèces sont reçues.

Prenons l’exemple d’une entreprise manufacturière qui déclare un bénéfice net de 100 millions de dollars, tandis que son flux de trésorerie d’exploitation est de 150 millions de dollars. La différence résulte d’une charge d’amortissement de 150 millions de dollars, d’une augmentation des débiteurs de 50 millions de dollars et d’une diminution des créditeurs de 50 millions de dollars. Il apparaîtrait dans la section des flux de trésorerie d’exploitation du tableau des flux de trésorerie de cette manière:

  • Bénéfice net 100 millions de dollars
  • Dépenses d’amortissement + 150 millions de dollars
  • Augmentation de la RA – 50 millions de dollars
  • Diminution des AP – 50 millions de dollars
  • Flux de trésorerie d’exploitation 150 millions de dollars

Méthode directe

La deuxième option est la méthode directe, dans laquelle une entreprise enregistre toutes les transactions sur une base de caisse et affiche les informations en utilisant les entrées et sorties de trésorerie réelles au cours de la période comptable.

Voici des exemples de méthode directe de flux de trésorerie d’exploitation:

  • Salaires versés aux employés
  • Paiement en espèces aux vendeurs et aux fournisseurs
  • Argent collecté auprès des clients
  • Revenus d’intérêts et dividendes reçus
  • Impôt sur le revenu payé et intérêts payés

Importance des flux de trésorerie d’exploitation

Les analystes financiers préfèrent parfois se pencher sur les indicateurs de flux de trésorerie, car ils éliminent certaines anomalies comptables. Les flux de trésorerie d’exploitation, en particulier, donnent une image plus claire de la réalité actuelle des opérations commerciales.

Par exemple, réserver une vente importante augmente considérablement les revenus, mais si l’entreprise a du mal à collecter l’argent, ce n’est pas un véritable avantage économique pour l’entreprise. D’autre part, une entreprise peut générer un flux de trésorerie d’exploitation élevé, mais déclare un bénéfice net très faible si elle dispose d’un grand nombre d’immobilisations et utilise des calculs d’ amortissement accéléré.

Si une entreprise ne tire pas suffisamment d’argent de ses activités principales, elle devra trouver des sources temporaires de financement externe par le biais de financements ou d’investissements. Cependant, cela n’est pas viable à long terme. Par conséquent, le flux de trésorerie d’exploitation est un chiffre important pour évaluer la stabilité financière des opérations d’une entreprise.

Questions fréquemment posées

Quels sont les trois types de flux de trésorerie?

Les trois types de flux de trésorerie sont l’exploitation, l’investissement et le financement. Le flux de trésorerie d’exploitation comprend toute la trésorerie générée par les principales activités commerciales d’une entreprise. Les flux de trésorerie d’investissement comprennent tous les achats d’immobilisations et les investissements dans d’autres entreprises commerciales. Le flux de trésorerie de financement comprend tous les produits tirés de l’émission de titres de créance et de capitaux propres ainsi que les paiements effectués par la société.

Pourquoi le flux de trésorerie d’exploitation est-il important?

Le flux de trésorerie d’exploitation est un point de référence important pour déterminer le succès financier des activités commerciales principales d’une entreprise, car il mesure le montant de trésorerie généré par les activités commerciales normales d’une entreprise. Les flux de trésorerie d’exploitation indiquent si une entreprise peut générer des flux de trésorerie positifs suffisants pour maintenir et développer ses activités, sinon elle peut avoir besoin d’un financement externe pour augmenter son capital.

Comment calculer le flux de trésorerie d’exploitation?

En utilisant la méthode indirecte, le bénéfice net est ajusté selon la méthode de la comptabilité de caisse en utilisant les variations des comptes hors caisse, tels que l’amortissement, les débiteurs et les créditeurs (AP). Étant donné que la plupart des entreprises déclarent leur bénéfice net selon la méthode de la comptabilité d’exercice, il comprend divers éléments non monétaires, tels que la dépréciation et l’amortissement.

Cash flow opérationnel = résultat opérationnel + amortissements – impôts + variation du fonds de roulement