18 avril 2021 8:50

Fonds communs de placement et FNB: quelle est la différence?

Table des matières

Développer

  • Fonds communs de placement vs FNB
  • Similitudes
  • Fonds communs de placement
  • Des fonds négociés en bourse
  • Considérations spéciales – Taxes

Fonds communs de placement et FNB: un aperçu

Les fonds communs de placement et les fonds négociés en bourse (FNB) sont tous deux créés à partir du concept d’ investissement dans des fonds communs, adhérant souvent à une stratégie passive et indexée qui tente de suivre ou de répliquer des indices de référence représentatifs. Les fonds communs regroupent les titres pour offrir aux investisseurs les avantages d’un portefeuille diversifié. Le concept de fonds commun offre principalement une diversification et s’accompagne d’économies d’échelle, ce qui permet aux gestionnaires de réduire les coûts de transaction par le biais de transactions en actions de lots importants avec un capital d’investissement mutualisé.

Points clés à retenir

  • Les fonds communs de placement et les FNB offrent aux investisseurs des options de produits de placement groupés.
  • Les fonds communs de placement ont une structure plus complexe que les ETF avec des classes d’actions et des frais variables.
  • Les FNB attirent généralement les investisseurs parce qu’ils suivent les indices du marché, les fonds communs de placement attirent parce qu’ils offrent une large sélection de fonds gérés activement.
  • Les FNB se négocient activement tout au long de la journée de négociation tandis que les transactions sur les fonds communs de placement clôturent à la fin de la journée de négociation.
  • Les fonds communs de placement sont gérés activement et les FNB sont des options de placement gérées passivement.

Similitudes

Les fonds communs de placement et les FNB auront généralement entre 100 et 3 000 titres individuels différents au sein du fonds. Les deux types de placements sont également principalement réglementés par les trois principales lois sur les valeurs mobilières adoptées après le krach boursier de 1929.

  • Loi sur les valeurs mobilières de 1933
  • Securities and Exchange Act de 1934
  • Loi sur les sociétés d’investissement de 1940

Bien que ces deux produits de placement soient construits à partir du même concept de fonds en gestion commune et réglementés par les mêmes principales lois sur les valeurs mobilières, il existe incontestablement des différences importantes entre les fonds communs de placement et les FNB. Ces différences peuvent être intéressantes selon l’investisseur.

1924

L’année où le premier fonds commun de placement a été offert aux investisseurs aux États-Unis.

Fonds communs de placement

MFS Investment Management a offert le premier fonds commun de placement américain en 1924. Depuis les années 1920, les fonds communs de placement offrent aux investisseurs une vaste sélection de fonds communs de placement. Bien que certains fonds communs de placement soient gérés passivement, de nombreux investisseurs se tournent vers ces titres pour la valeur ajoutée qu’ils peuvent offrir dans le cadre d’une stratégie gérée activement. Pour ces investisseurs, la gestion active est le facteur de différenciation clé car ils s’appuient sur un gestionnaire professionnel pour construire un portefeuille optimal plutôt que de simplement suivre un indice.



Les fonds communs de placement offrent une grande variété d’options de fonds gérées activement, tandis que les FNB ont tendance à avoir des options gérées plus passivement.

Parmi les deux options, en tant que principal placement géré activement, les fonds communs de placement présentent des complexités supplémentaires. En règle générale, les frais de gestion seront plus élevés pour un fonds commun de placement parce que les gestionnaires sont chargés d’un travail plus difficile d’identifier les meilleurs titres pour s’adapter à la stratégie du portefeuille. Les fonds communs de placement ont également été intégrés de longue date dans le processus de transaction de courtage à service complet. Cette offre de service complet est la principale raison de la structuration des classes d’actions et peut également ajouter des frais supplémentaires.

Les fonds communs de placement sont créés pour être offerts avec plusieurs catégories d’actions. Chaque classe d’actions a sa structure de frais qui oblige l’investisseur à payer différents types de charges de vente à un courtier. Différentes classes d’actions ont également différents types de frais d’exploitation.

Les frais de fonctionnement d’un fonds commun de placement sont globalement exprimés à l’investisseur par le biais du ratio des frais. Le ratio des frais est composé des frais de gestion, des frais de fonctionnement et des frais 12b-1. Les frais 12b-1 sont un différenciateur fondamental entre les fonds communs de placement et les FNB. Le fonds commun de placement exige des frais de 12b-1 pour couvrir les coûts associés à la vente du fonds dans le cadre de relations de courtage à service complet.

Il est également essentiel pour un investisseur de comprendre la tarification des fonds communs de placement. Les fonds communs de placement sont évalués en fonction d’une valeur liquidative  (VNI) qui est calculée à la fin de la journée de négociation. Les fonds communs de placement ouverts standard ne peuvent être achetés et vendus qu’à leur valeur liquidative, ce qui signifie qu’un investisseur qui effectue une transaction pendant la journée de négociation doit attendre que le prix final soit calculé pour traiter son ordre.



Les frais des fonds communs de placement sont généralement plus élevés que ceux des FNB, en grande partie parce que la majorité des fonds communs de placement sont gérés activement, ce qui nécessite plus de main-d’œuvre et d’intrants que les FNB plus souvent gérés passivement.

Des fonds négociés en bourse

Le premier FNB a été introduit en 1993 pour répliquer l’indice S&P 500, et leur nombre est passé à plus de 3 400 ETF à la fin de 2017. La réglementation exigeait principalement que ces fonds soient gérés passivement avec des titres répliquant un indice. En 2008, la Securities and Exchange Commission (SEC) a rationalisé son processus d’approbation des ETF, qui pour la première fois autorisait la gestion active d’ETF.

Historiquement, les FNB ont été populaires pour les investisseurs indiciels qui cherchent à obtenir une exposition à un segment de marché particulier avec les avantages d’une diversification dans le secteur. Ces dernières années, les fonds smart beta sont devenus plus populaires, avec des actifs en croissance de près de 20% par an au cours des cinq dernières années. Dans le domaine des ETF, un ETF smart beta fournit un type de produit indiciel personnalisé construit autour d’un indice factoriel méthodologie. Cette personnalisation permet aux investisseurs de choisir parmi des options indicielles présentant des caractéristiques fondamentales sélectionnées qui, dans de nombreux cas, peuvent largement surperformer. Avec l’évolution des fonds indiciels à bêta intelligent, les options ETF se sont élargies, offrant aux investisseurs une plus grande variété de choix d’ETF passifs.

Les frais sont également une considération importante pour les investisseurs en FNB. Les FNB ne comportent pas de frais de souscription. Les investisseurs paieront une commission si nécessaire pour les négocier, mais de nombreux ETF se négocient gratuitement. En ce qui concerne les dépenses opérationnelles, les FNB présentent également plusieurs différences par rapport à l’option des fonds communs de placement.

Les frais des FNB sont généralement moins élevés pour plusieurs raisons. Les ETF ont des frais de gestion moins élevés car beaucoup d’entre eux sont des fonds passifs qui ne nécessitent pas d’analyse des actions de la part du gestionnaire de fonds. Les frais de transaction sont également généralement moins élevés car moins de transactions sont nécessaires. Comme mentionné, les ETF ne facturent pas non plus de frais 12b-1, ce qui diminue le ratio de dépenses global.

La tarification des FNB diffère également de celle des fonds communs de placement. Une considération importante lors de la comparaison des deux. Les ETF se négocient toute la journée sur des bourses comme une action. Ce trading actif peut plaire à de nombreux investisseurs qui préfèrent le trading et les transactions en temps réel dans leur portefeuille. Dans l’ensemble, le prix d’un FNB reflète la tarification en temps réel des titres détenus dans le portefeuille.

Considérations spéciales – Taxes

Les impôts sur les fonds communs de placement et les FNB sont comme tout autre investissement où tout revenu gagné est imposé. Les investisseurs doivent payer l’ impôt sur les plus-values ​​à court ou à long terme lorsqu’ils vendent leurs actions dans un but lucratif. Les gains en capital à court terme s’appliquent aux actions détenues moins d’un an avant la vente. Les impôts à long terme comprennent le bénéfice des actions vendues après avoir été détenues pendant un an ou plus.

Les plus-values ​​à court terme sont imposées au taux ordinaire de l’impôt sur le revenu. Les plus-values ​​à long terme sont imposées à 0%, 15% et 20% selon la tranche d’imposition ordinaire de l’investisseur. Les investisseurs dans les fonds communs de placement et les FNB doivent également payer des impôts sur les dividendes qu’ils reçoivent de la participation. Les dividendes ordinaires sont imposés au taux ordinaire de l’impôt sur le revenu. Les dividendes admissibles sont imposés au taux des gains en capital à long terme.

Les fonds communs de placement ont généralement des incidences fiscales plus élevées parce qu’ils versent aux investisseursdes distributions de gains en capital. Ces distributions de capital versées par l’OPC sont imposables et les FNB ne versent généralement pas de distributions de capital et peuvent donc bénéficier d’un léger avantage fiscal.

Pour les investisseurs qui détiennent leurs actifs dans un véhicule fiscalement avantageux comme un 401 (k), cet avantage disparaît.401 (k) s et les autres régimes admissibles acceptent les cotisations sur une base d’impôt différé. L’argent déposé – jusqu’à certaines limites annuelles – n’est assujetti à aucun impôt sur le revenu. De plus, les investissements dans le compte peuvent croître en franchise d’impôt et n’engendrent pas d’impôts lorsque des transactions sont effectuées.dix