18 avril 2021 7:41

Dissection des rendements des FNB à effet de levier

Table des matières

Développer

  • À propos des FNB à effet de levier
  • Maintenir la valeur des actifs
  • Exposition à l’indice
  • Rééquilibrage quotidien
  • Performance et frais
  • La gestion
  • Intérêt et transaction
  • La ligne de fond

Les fonds négociés en bourse à effet de levier (TEF) sont conçus pour offrir un rendement supérieur aux rendements de la détention de positions longues ou courtes dans un FNB régulier. Les ETF à effet de levier ont été créés pour offrir une exposition longue ou courte à des indices de référence tels que l’indice S&P 500 ou le Nasdaq 100, tandis que d’autres sont conçus pour évoluer avec des secteurs ou des groupes industriels spécifiques.

Dans cet article, nous expliquerons ce que sont les ETF à effet de levier au sens large et comment ces investissements fonctionnent dans de bonnes et de mauvaises conditions de marché.

À propos des FNB à effet de levier

Les actions des ETF sont négociées en bourse comme des actions. Les ETF permettent aux investisseurs individuels de bénéficier d’ économies d’échelle en répartissant les frais d’administration et de transaction sur un grand nombre d’investisseurs. Les premiers ETF à effet de levier ont été introduits à l’été 2006, après avoir été examinés pendant près de trois ans par la Securities and Exchange Commission (SEC).

Points clés à retenir

  • Les FNB à effet de levier sont conçus pour offrir des rendements supérieurs à ceux des fonds négociés en bourse normaux.
  • En s’appuyant sur les dérivés, les ETF à effet de levier tentent de déplacer deux ou trois fois les changements (ou inversement) d’un indice de référence.
  • Un inconvénient des FNB à effet de levier est que le portefeuille est continuellement rééquilibré, ce qui entraîne des coûts supplémentaires.
  • Les investisseurs expérimentés qui sont à l’aise dans la gestion de leurs portefeuilles sont mieux servis en contrôlant directement leur exposition indicielle et leur ratio de levier, plutôt que par le biais d’ETF à effet de levier.

Les FNB à effet de levier reflètent souvent un fonds indiciel, et le capital du fonds, en plus des fonds propres des investisseurs, offre un niveau plus élevé d’exposition aux investissements. En règle générale, un FNB à effet de levier maintiendra une exposition de 2 $ ou de 3 $ à l’indice pour chaque dollar de capital de l’investisseur. L’objectif du fonds est de faire en sorte que l’appréciation future des investissements réalisés avec le capital emprunté dépasse le coût du capital lui-même.

Maintenir la valeur des actifs

Bien avant les ETF, les premiers fonds d’investissement cotés en bourse étaient appelés fonds fermés. Un problème avec les fonds à capital fixe était que le prix des actions du fonds était déterminé par l’offre et la demande et s’écartait souvent de la valeur des actifs du fonds ou de la valeur liquidative (VNI). Cette tarification imprévisible a dérouté et dissuadé de nombreux investisseurs potentiels.

Les FNB ont résolu ce problème en permettant à la direction de créer et de racheter des actions au besoin. Cela a rendu le fonds ouvert plutôt que fermé et a créé une opportunité d’ arbitrage pour la direction qui aide à maintenir le cours des actions en ligne avec la valeur liquidative sous-jacente. Pour cette raison, même les ETF dont le volume de négociation est très limité ont des cours de bourse presque identiques à leur valeur liquidative.

Il est important de savoir que les FNB sont presque toujours entièrement investis; la création et le rachat constants d’actions ont le potentiel d’augmenter les coûts de transaction car le fonds doit redimensionner son portefeuille d’investissement. Ces frais de transaction sont supportés par tous les investisseurs du fonds.



Bien que tous les FNB aient des frais, beaucoup sont conçus pour suivre les indices, et les frais ou dépenses sont généralement beaucoup moins élevés que ceux des fonds communs de placement gérés activement.

Exposition à l’indice

Les ETF à effet de levier répondent à la création et au rachat d’actions en augmentant ou en réduisant leur exposition à l’indice sous-jacent à l’aide de dérivés. Les dérivés les plus couramment utilisés sont les contrats à terme sur indices, les swaps d’actions et les options sur indices.

Les avoirs typiques d’un fonds indiciel à effet de levier comprennent une grande quantité de liquidités investie dans des titres à court terme et un portefeuille de produits dérivés plus petit mais très volatil. La trésorerie est utilisée pour répondre à toutes les obligations financières résultant de pertes sur les dérivés.

Il existe également des FNB à effet de levier inverse qui utilisent les mêmes dérivés pour obtenir une exposition courte au FNB ou à l’indice sous-jacent. Ces fonds profitent lorsque l’indice diminue et subissent des pertes lorsque l’indice augmente.

Rééquilibrage quotidien

Le maintien d’un ratio de levier constant, généralement deux ou trois fois le montant, est complexe. Les fluctuations du prix de l’indice sous-jacent modifient la valeur des actifs du fonds à effet de levier, ce qui oblige le fonds à modifier le montant total de l’exposition à l’indice.

À titre d’exemple, un fonds a 100 millions de dollars d’actifs et 200 millions de dollars d’exposition indicielle. L’indice augmente de 1% le premier jour de négociation, donnant à l’entreprise 2 millions de dollars de bénéfices. (Supposons qu’il n’y ait aucune dépense dans cet exemple.) Le fonds a maintenant 102 millions de dollars d’actifs et doit augmenter (dans ce cas, doubler) son exposition indicielle à 204 millions de dollars.

Le maintien d’un ratio de levier constant permet au fonds de réinvestir immédiatement les gains de négociation. Cet ajustement constant, également appelé rééquilibrage, permet au fonds de doubler l’exposition à l’indice à tout moment, même si l’indice a gagné 50% ou perdu 50% récemment. Sans rééquilibrage, le ratio de levier du fonds changerait chaque jour et les rendements du fonds (par rapport à l’indice sous-jacent) seraient imprévisibles.

Dans les marchés en baisse, cependant, le rééquilibrage d’ un fonds à effet de levier avec une exposition longue peut être problématique. La réduction de l’exposition à l’indice permet au fonds de survivre à un ralentissement et de limiter les pertes futures, mais verrouille également les pertes de négociation et laisse le fonds avec une base d’actifs plus petite.

Par exemple, disons que l’indice perd 1% chaque jour pendant quatre jours consécutifs, puis gagne + 4,1% le cinquième jour, ce qui lui permet de récupérer toutes ses pertes. Quelle serait la performance d’un ETF à effet de levier double basé sur cet indice au cours de cette même période?

En fin de semaine, notre indice était revenu à son point de départ, mais notre ETF à effet de levier était toujours en légère baisse (0,2%). Ce n’est pas une erreur d’arrondi, mais le résultat de la base d’actifs proportionnellement plus petite dans le fonds à effet de levier, qui nécessite un rendement plus élevé, 8,42% en fait, pour revenir à son niveau d’origine.

Cet effet est faible dans cet exemple, mais peut devenir significatif sur des périodes plus longues sur des marchés très volatils. Plus les pourcentages de baisse sont importants, plus les différences seront importantes.

Simuler un rééquilibrage quotidien est mathématiquement simple. Il suffit de doubler le rendement quotidien de l’indice. Ce qui est considérablement plus complexe, c’est l’estimation de l’impact des frais sur les rendements quotidiens du portefeuille, que nous aborderons dans la section suivante.

Performance et frais

Supposons qu’un investisseur analyse les rendements mensuels du S&P 500 au cours des trois dernières années et constate que le rendement mensuel moyen est de 0,9% et que l’écart type de ces rendements est de 2%.

En supposant que les rendements futurs sont conformes aux moyennes historiques récentes, le FNB à double effet de levier basé sur cet indice devrait produire deux fois le rendement attendu avec deux fois la volatilité attendue (c.-à-d. Un rendement mensuel de 1,8% avec un écart-type de 4% ). La plupart de ces gains prendraient la forme de gains en capital plutôt que de dividendes.

Cependant, ce rendement de 1,8% est avant les frais du fonds. Les FNB à effet de levier engagent des dépenses dans trois catégories:

  1. La gestion
  2. Intérêt
  3. Transactions

La gestion

Les frais de gestion sont les frais prélevés par la société de gestion du fonds. Ces frais sont détaillés dans le prospectus et peuvent atteindre jusqu’à 1% de l’actif du fonds chaque année. Ces frais couvrent à la fois les frais de marketing et d’administration des fonds. Les frais d’intérêts sont les coûts liés à la détention de titres dérivés.

Tous les dérivés ont un taux d’intérêt intégré dans leur tarification. Ce taux, appelé taux sans risque, est très proche du taux à court terme des titres publics américains. L’achat et la vente de ces dérivés entraînent également des frais de transaction.

Intérêt et transaction

Les intérêts et les frais de transaction peuvent être difficiles à identifier et à calculer car il ne s’agit pas de postes individuels, mais plutôt d’une réduction progressive de la rentabilité du fonds. Une approche qui fonctionne bien consiste à comparer la performance d’un FNB à effet de levier par rapport à son indice sous-jacent pendant plusieurs mois et à examiner les différences entre les rendements attendus et réels.

Supposons qu’un FNB à faible capitalisation à effet de levier double ait un actif de 500 millions de dollars et que l’indice approprié se négocie à 50 $. Le fonds achète des dérivés pour simuler une exposition de 1 milliard de dollars à l’indice de petite capitalisation approprié, ou 20 millions d’actions, en utilisant une combinaison de contrats à terme sur indice, d’options sur indice et de swaps d’actions.

Le fonds maintient une position de trésorerie importante pour compenser les baisses potentielles des contrats à terme sur indices et des swaps d’actions. Cette trésorerie est investie dans des titres à court terme et permet de compenser les frais d’intérêt associés à ces dérivés. Chaque jour, le fonds rééquilibre son exposition à l’indice en fonction des fluctuations du prix de l’indice et des obligations de création et de rachat d’actions. Au cours de l’année, ce fonds génère 33 millions de dollars de dépenses, comme détaillé ci-dessous.

En un an, l’indice augmente de 10%, à 55 $, et les 20 millions d’actions valent maintenant 1,1 milliard de dollars. Le fonds a généré des gains en capital et des dividendes de 100 millions de dollars et engagé des dépenses totales de 33 millions de dollars. Une fois toutes les dépenses annulées, le gain qui en résulte, 67 millions de dollars, représente un gain de 13,4% pour les investisseurs du fonds.

En revanche, si l’indice avait baissé de 10%, à 45 $, le résultat serait une histoire très différente. L’investisseur aurait perdu 133 millions de dollars, soit 25% de son capital investi. Le fonds vendrait également certains de ces titres dépréciés pour réduire l’exposition à l’indice à 734 millions de dollars, soit deux fois le montant des capitaux propres des investisseurs (maintenant 367 millions de dollars).

TQQQ

Le FNB ProShares UltraPro Short QQQ fait partie des fonds à effet de levier les plus activement négociés; négocié sous le symbole TQQQ, le fonds est conçu pour déplacer trois fois les variations quotidiennes de l’ indice Nasdaq 100.

Cet exemple ne prend pas en compte le rééquilibrage quotidien, et de longues séquences de rendements quotidiens supérieurs ou inférieurs peuvent souvent avoir un impact notable sur les participations et les performances du fonds.

La ligne de fond

Les ETF à effet de levier, comme la plupart des ETF, sont simples à utiliser mais cachent une complexité considérable. Dans les coulisses, la direction du fonds achète et vend en permanence des produits dérivés pour maintenir une exposition à l’indice cible. Il en résulte des frais d’intérêts et de transaction et des fluctuations importantes de l’exposition à l’indice en raison du rééquilibrage quotidien.

En raison de ces facteurs, il est impossible pour aucun de ces fonds de fournir deux fois le rendement de l’indice pendant de longues périodes. La meilleure façon de développer des attentes de performance réalistes pour ces produits est d’étudier les rendements quotidiens passés de l’ETF par rapport à ceux de l’indice sous-jacent.

Pour les investisseurs déjà familiarisés avec l’investissement à effet de levier et ayant accès aux dérivés sous-jacents (p. Ex., Contrats à terme sur indices, options sur indices et swaps d’actions), les FNB à effet de levier peuvent avoir peu à offrir. Ces investisseurs seront probablement plus à l’aise pour gérer leurs propres portefeuilles et contrôler directement leur exposition à l’indice et leur ratio de levier.

Adblock
detector