Choisir un conseiller: Wall Street Vs. Rue principale

La recherche de conseils professionnels en placement peut être déroutante et frustrante. L’une des plus grandes pierres d’achoppement est la gamme de titres utilisés par les professionnels des services financiers: «courtier», «conseiller», «planificateur financier», «coach», etc.

Traditionnellement, les courtiers vendaient des actions moyennant une commission et les conseillers donnaient des conseils moyennant des frais. Ces jours-ci, les frontières entre ces positions sont devenues de plus en plus floues. Il y a des courtiers qui fournissent d’excellents services de planification financière et des gens qui se disent planificateurs financiers qui ne font guère plus que vendre des actions et des obligations. Mais une fois que vous avez dépassé les titres, le vrai choix commence. Choisissez-vous un conseiller d’une firme de Wall Street ou travaillez-vous avec un conseiller indépendant? Passons en revue les différences et comment elles peuvent affecter votre décision.

Conseillers de Wall Street

Lorsque la plupart des gens pensent investir, ils pensent à Wall Street. Il incarne des sociétés d’investissement de marque mondialement reconnues qui représentent la mystique des histoires de chiffons à la richesse et des fortunes de papier gagnées et perdues. Ces grandes sociétés d’investissement ont des poches profondes et des ressources impressionnantes: de gros budgets publicitaires, de grands bâtiments et de grands départements marketing. Ils ont des milliers d’employés, y compris des analystes de recherche et des gestionnaires de fonds – dont beaucoup peuvent être repérés sur CNN et CNBC commentant les derniers événements sur le marché boursier.

Bien sûr, plus gros ne veut pas toujours dire mieux. Les grandes entreprises sont souvent impersonnelles. Les employés vont et viennent. Les mandats d’entreprise déterminent les décisions de vente de produits. La nécessité de réaliser un bénéfice trimestriel pour satisfaire les actionnaires peut se traduire par une pression pour vendre des produits, que les clients aient ou non besoin de ces produits. Les produits exclusifs encouragent les conflits d’intérêts. Un grand nombre de courtiers se traduisent souvent par des programmes de formation axés sur le plus petit dénominateur commun, ce qui se traduit par des plans financiers à l’emporte-pièce pour tous les clients.

La conséquence de devenir une grande entreprise est que les petits clients peuvent se perdre dans le shuffle. Les entreprises de Wall Street ont tendance à négliger les petits clients et à se concentrer sur leurs clients plus importants qui peuvent avoir une valeur nette plusieurs fois supérieure à celle des autres clients. La perte d’un de ces clients peut sérieusement affecter le revenu annuel d’un courtier. En outre, de nombreux produits d’investissement proposés par Wall Street, tels que les obligations, les bons du Trésor et les placements privés, ne sont même pas mis à la disposition des petits clients.

En raison de tous ces inconvénients pour le petit investisseur, si vous développez un portefeuille, vous voudrez peut-être chercher où votre argent est apprécié.

Conseillers de la rue principale

Bien que vous ne les verrez pas en vedette sur CNN ou en commanditant un tournoi de golf majeur, une grande variété de conseillers en placement peut être trouvée sur la « rue principale » des villes et villages à travers le pays. Beaucoup de ces gens ont appris le métier à Wall Street, sont devenus désenchantés et sont partis. Ils ont loué un bureau, installé une enseigne et construit leur entreprise avec peu ou pas d’aide. Ces conseillers indépendants (ils sont indépendants parce qu’ils sont indépendants) ont la flexibilité de choisir les produits qu’ils proposent et la liberté d’agir sans être gênés par les politiques de l’entreprise ou les besoins des actionnaires. Les conseillers indépendants offrent souvent un niveau de service personnalisé impressionnant parce qu’ils ont un intérêt dans l’entreprise. En tant que client, vous travaillez directement avec le propriétaire.

En revanche, les conseillers indépendants n’ont généralement pas beaucoup de marque. Bien qu’ils aient accès à bon nombre des mêmes produits et services que les entreprises de Wall Street, les conseillers indépendants accèdent à ces produits auprès de fournisseurs de services que de nombreux investisseurs ne sont pas susceptibles de reconnaître. Et certains services peuvent simplement ne pas être disponibles par l’intermédiaire de conseillers indépendants. Les offres publiques initiales en sont un exemple très médiatisé. Si vous voulez un accès cohérent aux actions de ces chouchous de Wall Street, vous aurez probablement du mal à le trouver sur Main Street.

Enfin, les conseillers indépendants ne sont pas soutenus par les ressources bien connues qu’offrent les entreprises de Wall Street. Ils n’ont pas de gros budgets ni de services marketing, et ils n’ont peut-être même pas de brochure d’entreprise. Le personnel est susceptible d’être assez petit ou même limité à une seule personne.

Questions a poser

Lorsque vous envisagez de choisir un conseiller de Wall Street ou de Main Street, quelques questions clés vous aideront à évaluer:

Comment êtes-vous payé? Demandez au conseiller comment il est payé. La rémunération des conseillers prend la forme de commissions, d’ honoraires (horaires ou basés sur les actifs sous gestion) ou d’une combinaison d’honoraires et de commissions. Avec les commissions, vous ne payez que ce que vous achetez. Bien sûr, cela signifie que votre conseiller n’est payé que s’il vous vend quelque chose, ce qui soulève la question de savoir s’il est dans votre intérêt d’acheter ce que votre conseiller vend.

Les conseillers rémunérés gagnent le même salaire, peu importe ce que vous achetez. De nombreux investisseurs estiment que cela aligne les intérêts du conseiller avec les intérêts des investisseurs. À la baisse, les frais que vous payez peuvent être plus élevés que le coût de la commission pour un montant similaire d’achats.

Quels services offrez-vous? Votre conseiller est-il spécialisé dans la planification de la retraite? Offrent-ils une planification financière complète? Le cabinet est-il un «family office», offrant des services financiers adaptés aux familles, tels que l’éducation financière, la budgétisation des ménages ou la planification successorale? Comparez la liste des services proposés par le conseiller à la liste des services dont vous avez besoin.

Quels produits proposez-vous? L’arène des services financiers offre une multitude de produits allant des fonds communs de placement et des titres individuels(tels que les actions et les obligations) à la gestion de la monnaie, des sociétés en commandite et des assurances. Découvrez ce que le conseiller que vous envisagez propose et comparez ces offres à vos besoins personnels.

Votre cabinet est-il spécialisé dans une clientèle spécifique ? Les conseillers structurent leurs pratiques de diverses manières. Certains travaillent avec tous les clients qui franchissent la porte, tandis que d’autres ne travaillent qu’avec des dentistes, des médecins, des artistes ou des pilotes. Certaines pratiques de conseil se spécialisent dans la satisfaction des besoins des propriétaires de petites entreprises ou des employés d’une entreprise en particulier. Parlez à votre conseiller potentiel de son domaine d’expertise.

La ligne de fond

Que vous vous orientiez vers un conseiller de Wall Street ou de Main Street, vos intérêts seront mieux servis si vous posez beaucoup de questions et faites beaucoup d’écoute et d’observation avant de prendre une décision. Si vous vous asseyez pour une consultation, faites attention aux domaines couverts par votre consultation et si votre meilleur intérêt reste au centre de la discussion. Votre conseiller pose-t-il les bonnes questions ou commence-t-il par essayer de vous vendre un produit? Les ramifications fiscales de l’investissement entrent-elles dans la discussion? Le conseiller explique-t-il son processus? N’oubliez pas qu’en fin de compte, la décision de décider à qui faire confiance pour votre bien-être financier devrait être basée sur ce que le conseiller peut faire pour vous, et non sur le nom ou l’emplacement de l’entreprise sur la carte de visite du conseiller.