Conseils sur les bénéfices: peut-il prédire l’avenir?

Table des matières

Développer

  • Définition des prévisions de revenus
  • Une tradition séculaire
  • Le bon
  • Le mauvais
  • Pourquoi les entreprises ont arrêté le guidage
  • Le moche
  • La ligne de fond

Il est devenu une pratique courante pour les entreprises de fournir des « conseils » en même temps que les bénéfices de l’entreprise. L’orientation est un terme relativement nouveau qui décrit une ancienne pratique de prédiction des attentes des entreprises.

Ici, nous allons jeter un œil à cette tradition séculaire, discuter des bons et des mauvais points, et examiner pourquoi certaines entreprises disent « plus » aux prévisions de bénéfices.

Points clés à retenir

  • Les indications sont des estimations publiques d’une société de ses perspectives de bénéfices pour le trimestre en cours et futurs.
  • Les prévisions de bénéfices sont utilisées par les investisseurs et les analystes pour ajuster leurs attentes par rapport au cours de l’action d’une entreprise.
  • Les chiffres d’orientation peuvent être manqués, manipulés ou mal compris, ils doivent donc faire preuve de diligence raisonnable.
  • Pour se protéger des poursuites judiciaires, les entreprises associent leurs rapports d’orientation à des déclarations de divulgation en affirmant que leurs projections ne sont en aucun cas garanties.

Définition des prévisions de revenus

Les prévisions de bénéfices sont définies comme les commentaires de la direction sur ce qu’elle attend de sa société à l’avenir. Ces commentaires sont également appelés « énoncés prospectifs », car ils se concentrent sur les ventes ou  les  prévisions de bénéfices à la lumière des tendances sectorielles et macroéconomiques. Ces commentaires sont donnés afin que les investisseurs puissent les utiliser pour évaluer le potentiel de bénéfices de l’entreprise.

Une tradition séculaire

Fournir des prévisions est l’une des plus anciennes professions. Dans les incarnations précédentes, les prévisions de revenus étaient appelées le « chiffre chuchoté ». La seule différence est que des chiffres chuchotés ont été donnés à des analystes sélectionnés afin qu’ils puissent avertir leurs gros clients. Les lois sur la divulgation équitable (connues sous le nom de  Regulation Fair Disclosure  ou Reg FD) ont rendu cela illégal et les entreprises doivent maintenant diffuser leurs attentes dans le monde entier, donnant à tous les investisseurs l’accès à ces informations en même temps. Cela a été une bonne évolution.

Le bien: plus d’informations, c’est toujours mieux

Les conseils en matière de bénéfices jouent un rôle important dans le processus de prise de décision en matière d’investissement. Selon la réglementation en vigueur, c’est le seul moyen légal pour une entreprise de communiquer ses attentes au marché. Cette perspective est importante car la direction connaît son activité mieux que quiconque et dispose de plus d’informations sur lesquelles fonder ses attentes que n’importe quel nombre d’analystes. Par conséquent, le moyen le plus efficace de communiquer les informations de la direction au marché est le guidage. Dans un monde idéal, les analystes qui choisissent d’écouter ces chiffres utiliseraient ces informations en combinaison avec leurs propres recherches pour élaborer des prévisions de bénéfices.

Le mauvais: la direction peut manipuler les attentes

Le point de vue cynique est que, comme ce n’est pas un monde idéal, les équipes de direction utilisent des conseils pour influencer les investisseurs. Dans  les marchés haussiers, certaines entreprises ont donné des prévisions optimistes lorsque le marché veut des actions dynamiques avec un bénéfice par action (BPA) en croissance rapide . Dans  les marchés baissiers, les entreprises ont tenté de réduire les attentes afin de pouvoir «battre le chiffre» pendant la saison des résultats. C’est l’une des tâches de l’analyste d’évaluer les attentes de la direction et de déterminer si ces attentes sont trop optimistes ou trop faibles, ce qui peut être une tentative de fixer un objectif plus facile. Malheureusement, c’est quelque chose que de nombreux analystes ont oublié de faire pendant la  bulle Internet.

Pourquoi certaines entreprises ont cessé de donner des conseils

Affirmant que les conseils favorisent la focalisation du marché sur le court terme, certaines entreprises ont cessé de fournir des conseils afin d’essayer de lutter contre cette obsession. Cependant, l’élimination des indications ne changera pas la fixation du marché sur le court terme car les politiques d’incitation du marché ne peuvent pas être dictées. Tout le monde à Wall Street est payé annuellement et est payé plus s’il surperforme cette année-là. Cet objectif ne changera pas si les entreprises ne parlent pas à la  rue.

Le truand: éliminer les directives augmentera la volatilité

L’élimination des directives pourrait entraîner des estimations plus diversifiées et des chiffres manqués. Les analystes utilisent souvent des conseils comme point de référence pour construire leurs prévisions. Sans cet ancrage, la gamme des estimations des analystes sera plus large, produisant des écarts plus importants par rapport aux résultats réels. Les manquements de plus d’un centime peuvent devenir monnaie courante.

Une question intéressante est: que fera la rue si les échecs deviennent plus importants et plus fréquents? Aujourd’hui, si une entreprise rate l’ estimation consensuelle d’un centime, son action pourrait souffrir ou monter en flèche. Des ratés plus importants pourraient entraîner des fluctuations plus importantes des cours des actions, produisant un marché plus volatil. D’un autre côté, si le marché est conscient que les échecs sont causés par le manque de conseils, il peut devenir plus indulgent. S’il y a un argument pour arrêter les guidances, c’est que la rue serait plus indulgente envers les entreprises qui ratent l’estimation consensuelle.

La ligne de fond

L’orientation a un rôle sur le marché car elle fournit des informations qui peuvent être utilisées par les investisseurs pour analyser l’entreprise, évaluer l’équipe de direction et créer des prévisions. Les entreprises sont stupides si elles pensent qu’elles peuvent modifier l’orientation à court terme du marché. La rue continuera à faire ce qu’elle veut, et elle restera concentrée sur les échéanciers trimestriels. Si, cependant, davantage d’entreprises optent pour aucune indication, la rue peut par inadvertance devenir plus rationnelle et, par conséquent, cesser de fouetter les cours des actions pour de minuscules écarts qui ne sont en réalité que des SWAG (Systématique, mais nous sommes tous en train de deviner).